A-t-on découvert le gène de la longévité ?

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 28 Août 2001 : 02h00
En examinant le patrimoine génétique de personnes âgées de plus de 90 ans, des chercheurs américains ont découvert un groupe de gènes commun à un grand nombre de centenaires. Ce trait génétique pourrait-il jouer un rôle dans leur exceptionnelle longévité ?
PUB

En examinant la composition du génome de 308 sujets de plus de 90 ans appartenant à 137 familles comprenant parmi ses membres au moins une personne âgée de plus 98 ans, une équipe de chercheurs américains a identifié des similitudes sur une section du chromosome 4 chez ces personnes.

Selon ces résultats, il existe probablement des gènes exerçant une influence sur la capacité à atteindre un âge extrêmement avancé. Cette découverte ouvre une voie de recherche qui pourrait permettre de comprendre les cheminements cellulaires déterminant dans le vieillissement. L'un des objectifs serait de mieux cerner le fonctionnement de ce gène pour fabriquer des molécules aux effets identiques. Elles pourraient ainsi être utilisées afin de réduire les risques de maladie et d'augmenter l'espérance de vie.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 28 Août 2001 : 02h00
PUB
PUB
A lire aussi
Petit ou gros fumeur : et si c'était génétique ? Publié le 13/02/2006 - 00h00

Certains se contentent d'une dizaine de cigarettes par jour, tandis que d'autres dépassent systématiquement le paquet. Certains réussissent à arrêter, tandis que d'autres accumulent les tentatives. Et si cette différence entre «petit» et «gros fumeur» était d'origine génétique ?

Maladies rares : fini la course aux informations ?Publié le 26/10/2001 - 00h00

La création d'une « plate-forme des maladies rares » regroupant sur un même site, à l'hôpital parisien Broussais, associations et banque de données devrait faciliter la diffusion de l'information aux familles sur ces quelques 5.000 pathologies différentes. A été mis à disposition un...

Peut-on dépister un risque d'Alzheimer chez les jeunes ?Publié le 24/12/2003 - 00h00

L'enjeu serait considérable si l'on pouvait identifier, bien avant l'apparition des premiers signes cliniques, des anomalies neurologiques associées à la maladie d'Alzheimer. Il serait alors possible de mettre en place des mesures de prévention primaire chez des jeunes patients portant une...

Plus d'articles