Doser son sommeil pour vivre plus longtemps

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 25 Février 2002 : 01h00

La bonne nuit de huit heures de sommeil, recommandée par nos grands-mères n'est peut-être pas celle qui aide à vivre le plus longtemps. Selon une étude américaine, les personnes qui dorment beaucoup (plus de 8 heures) ou trop peu (moins de 4 heures et demi) ont un taux de mortalité plus élevé de 12 à 15 %.

© Adobe Stock
PUB

Le sommeil est une période durant laquelle l'organisme diminue ses dépenses énergétiques de façon à compenser la dépense effectuée durant l'état de veille. Chacun d'entre nous, à un moment ou à un autre, a pu mesurer l'effet de la durée du sommeil sur sa vitalité. Plusieurs études ont d'ailleurs démontré qu'elle avait bien une influence sur notre santé. Peut-elle en avoir une sur notre longévité ? C'est ce que laisse supposer une étude américaine parue dans Archives of Général Psychiatry.

Des chercheurs californiens ont mené une étude sur plus d'un million de personnes âgées de 30 à 102 ans. Cette étude a pris en compte plusieurs paramètres tels que l'âge, le régime alimentaire, l'exercices physique, des antécédents médicaux ou encore le fait que les personnes fumaient ou non, en plus de la durée moyenne de leurs nuits de sommeil.Il s'avère que les personnes qui dorment 6 à 7 heures par nuit sont celles qui ont le taux de survie le plus élevé, avec un maximum pour des nuits de 7 heures. En revanche, celles qui dorment 8 heures ont un taux de survie plus faible de 12 % et celles qui dorment moins de 4,5 heures ou plus de 8 heures ont, elles, un taux de survie plus faible de 15 %. Les chercheurs ont en effet pu observer que des nuits de plus de 8 heures étaient associées à des risques accrus de cancers, de maladies cardio-vasculaires ou d'accidents vasculaires cérébraux. Toutefois, le lien de cause à effet reste inconnu à ce jour.

Par ailleurs, les insomniaques peuvent dormir sur leurs deux oreilles car l'étude montre que des épisodes d'insomnie n'affectent en rien la longévité. Au contraire, ceux qui ont recours à des somnifères ont un risque plus élevé de mourir plus tôt. A choisir, mieux vaut donc prendre un bon livre et s'armer de patience plutôt que d'avaler une pilule du sommeil !

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 25 Février 2002 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Bien dormir, la clé pour ne pas grossirPublié le 11/06/2007 - 00h00

Le sommeil est indispensable au bon fonctionnement de notre cerveau, mais aussi de tout notre organisme. Les données s'accumulent concernant le lien entre le manque de sommeil et l'obésité, mais aussi avec le diabète et les maladies cardiovasculaires. Un bon sommeil semble plus que jamais...

Bien dormir, ni plus ni moinsPublié le 22/06/2011 - 13h46

Cette étude qui a analysé la relation entre la durée du sommeil et le risque de dépression, a aussi l’avantage de nous indiquer le temps de sommeil idéal associé à une meilleure qualité de vie.

Plus d'articles