Le syndrome de la queue de cheval, une urgence
Publié le 24 Septembre 2012 à 0h00 par Rédaction E-sante.fr
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Un faisceau nerveux en forme de queue-de-cheval

La colonne vertébrale est constituée d’un empilement de vertèbres à l’intérieur desquelles passe la moelle épinière. De cette dernière partent des nerfs qui contrôlent les différentes parties du corps.

La moelle épinière ne descend pas jusqu’en bas de la colonne vertébrale. Elle s’arrête sous la 2e vertèbre lombaire mais un faisceau de nerfs se prolonge au-delà. Ce faisceau est appelé « queue-de-cheval » pour des raisons anatomiques, il ressemble à la queue d’un cheval.

Cette queue-de-cheval innerve les organes situés dans le bassin et les membres inférieurs.

C’est en cas de compression de ce faisceau nerveux que l’on parle de syndrome de la queue-de-cheval.

Quelles sont les causes du syndrome de la queue-de-cheval ?

La queue-de-cheval peut être comprimée par :

  • La rupture ou la hernie d’un disque intervertébral (un disque entre deux vertèbres appuie sur les racines nerveuses).

    C’est la cause la plus fréquente.

  • Une tumeur.

  • Un abcès.

  • Un traumatisme.

  • Un œdème inflammatoire (comme la spondylarthrite ankylosante).

Quels sont les symptômes du syndrome de la queue-de-cheval ?

  • Une douleur au niveau des lombaires.

  • Une baisse de sensibilité au niveau des fesses, des cuisses, de la vessie et du rectum, se traduisant par des sensations anormales lors de l’émission des urines par exemple.

  • Une paralysie partielle des membres inférieurs, se traduisant par des engourdissements, des fourmillements, des chutes inexpliquées…

  • Des troubles de l’érection.

  • Une incontinence urinaire nocturne.

  • En cas de compression grave : une perte de la fonction de la vessie et des intestins.

Le traitement du syndrome de la queue-de-cheval est une urgence

La prise en charge du syndrome de la queue-de-cheval est une urgence au risque d’entraîner des séquelles irréversibles.

Le traitement est celui de la cause de la compression et est donc le plus souvent chirurgical.

Des corticoïdes peuvent aussi être prescrits pour réduire l’œdème lorsque celui-ci est la cause du syndrome de la queue-de-cheval.

Il est donc nécessaire de consulter rapidement lorsque plusieurs des symptômes décrits sont réunis : douleur lombaire associée à des pertes de sensibilité dans les organes génitaux et les membres inférieurs.

Source : Manuel Merck, L’encyclopédie médicale, Éditions Larousse.