Le syndrome de la queue de cheval, une urgence

© Istock

Le syndrome de la queue-de-cheval résulte d’une compression du faisceau nerveux situé en dessous de la 2e vertèbre lombaire, dans le bas du dos, et que l’on appelle « queue-de-cheval ». 

Handicapant, le syndrome de la queue-de-cheval nécessite une prise en charge en urgence.

Publicité

Un faisceau nerveux en forme de queue-de-cheval

La colonne vertébrale est constituée d’un empilement de vertèbres à l’intérieur desquelles passe la moelle épinière. De cette dernière partent des nerfs qui contrôlent les différentes parties du corps.

La moelle épinière ne descend pas jusqu’en bas de la colonne vertébrale. Elle s’arrête sous la 2e vertèbre lombaire mais un faisceau de nerfs se prolonge au-delà. Ce faisceau est appelé « queue-de-cheval » pour des raisons anatomiques, il ressemble à la queue d’un cheval.

Publicité
Publicité

Cette queue-de-cheval innerve les organes situés dans le bassin et les membres inférieurs.

C’est en cas de compression de ce faisceau nerveux que l’on parle de syndrome de la queue-de-cheval.

Quelles sont les causes du syndrome de la queue-de-cheval ?

La queue-de-cheval peut être comprimée par :

  • La rupture ou la hernie d’un disque intervertébral (un disque entre deux vertèbres appuie sur les racines nerveuses).

    C’est la cause la plus fréquente.

  • Une tumeur.

  • Un abcès.

  • Un traumatisme.

  • Un œdème inflammatoire (comme la spondylarthrite ankylosante).
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 24 Septembre 2012 : 00h00
Mis à jour le Jeudi 21 Janvier 2016 : 11h50
Source : Manuel Merck, L’encyclopédie médicale, Éditions Larousse.