Soigner Bébé : que faut-il avoir dans sa pharmacie quand on est bloqué chez soi ?

Fièvre, douleurs, yeux larmoyant… si son enfant présente ces symptômes, on a le réflexe de le conduire chez le médecin. Mais là - isolement oblige - impossible. Alors quels sont les médicaments à avoir dans son armoire à pharmacie pour soigner les tout-petits quand on est bloqué chez soi ?
© Istock

Alors que la consigne est de rester chez soi et de limiter ses sorties au strict nécessaire, voire vital... il est important de vérifier qu’on a tout qu’il faut dans son armoire à pharmacie pour soigner les enfants pendant cette période d’isolement. 

Une petite liste d’indispensables 

Le Dr Betsalel Toledano, médecin aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Creil, explique “Le principal médicament à avoir chez soi quand on a un enfant : c’est le paracétamol, connu sous le nom plus populaire de Doliprane. Il permet de faire diminuer la température et est également à but antalgique”. Il est d’autant plus indispensable actuellement que le virus qui nous bloque chez nous, s'exprime sous la forme d’un syndrome grippal. "C’est-à-dire de la fièvre, de la toux, des douleurs musculaires". Et comme toutes les maladies virales non compliquées, les antibiotiques sont inutiles. "On prend uniquement des mesures symptomatiques comme l’hydratation et surveiller la température", confirme le spécialiste.

Pour rappel : des mesures sont actuellement en place, les pharmaciens ne peuvent délivrer sans ordonnance qu’une seule boite de paracétamol (500 mg ou 1g) par client ne présentant aucun symptôme et 2 boites (500 mg ou 1g) en cas de symptômes (douleurs et/ou fièvre). La vente sur Internet des médicaments à base de paracétamol, d'ibuprofène et d'aspirine a également été suspendue.

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) en a profité pour rappeler également qu'il faut “prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible” et “respecter la dose par prise ». Le spécialiste ajoute : “ le Doliprane ne doit pas excéder 4 doses par jour (en fonction du poids de l’enfant) soit toutes les 6 heures”.

À côté du paracétamol, il est important d’avoir un thermomètre qu’il soit intra-auriculaire, rectal ou frontal. Le médecin avertit "il faut être sûr que l’enfant a de la fièvre avant d’administrer du Doliprane. En effet, prendre uniquement la température avec la main ne suffit pas. Il faut toujours utiliser un thermomètre". Il ajoute "Je comprends que les parents n’aient pas forcément envie de mettre un thermomètre dans les fesses de leur enfant mais il y a d’autres accès. Les thermomètres intra-auriculaire sont très efficaces et pratiques avec des petits".

Être sûr de la température de son enfant est vitale. “Cela permet d’éviter de donner du Doliprane à tort et surtout de cacher une forte fièvre méconnue par les parents”, précise le professionnel de santé.

Combattre la déshydratation 

"Quand les parents me demandent les médicaments indispensables pour partir en voyage avec un enfant, je prescris un seul produit en plus du Doliprane : de l’Adiaril. C’est un soluté de réhydratation orale. Il permet en cas de forte fièvre, de diarrhée ou de forte chaleur d’éviter la déshydratation. C’est un risque important chez le nourrisson et l’enfant. Un nourrisson est composé majoritairement d’eau, on observe une grande perte hydrique en cas de fièvre, de diarrhée si les selles liquides sont profuses et répétées ou des vomissements".

Si la fièvre et autres symptômes persistent, il faut téléphoner à son médecin traitant avant de se déplacer. En fonction des signes présents et des antécédents de l’enfant, il dira si une consultation médicale en cabinet de ville est indiquée ou s’il faut se diriger vers les urgences pédiatriques.


Attention à l’automédication

Bien qu’il ne soit pas facile d’avoir accès à un professionnel de santé en ce moment, il faut se montrer prudent avec l’automédication. Elle comporte des risques. Par exemple, si le petit se plaint d’avoir mal à l’oreille, il ne faut pas lui administrer le traitement de sa dernière otite. “La principale contre-indication des traitements antalgiques intra auriculaire (comme l’Otipax®) est la perforation tympanique. Le risque est que le liquide rendre dans l’oreille moyenne, ce qui est dangereux”. Il est donc conseillé de lui donner seulement du Doliprane pour soulager la douleur en attendant un avis médical.

Enfant comme adulte, il est aussi important d’éviter les traitements anti-inflammatoires non-stéroïdiens comme l’Advil, l'Ibuprofène, le Nurofen. Ces médicaments en vente libre au comptoir sont déconseillés face au virus venu de Chine, car ils diminuent l’immunité. “On a découvert que le point commun entre plusieurs sujets jeunes dans un service de réanimation, c'est qu'ils avaient pris des anti-inflammatoires pour la fièvre. Or, on sait que les anti-inflammatoires diminuent les défenses immunitaires, donc peuvent booster la fièvre et faire flamber l'infection.”

Il en est de même avec les corticoïdes. Toutefois, les enfants asthmatiques à qui on a prescrit des corticoïdes inhalés, doivent poursuivre leur traitement de fond. "Les parents ne doivent pas arrêter le traitement eux-mêmes, car ils ont lu que les corticoïdes augmentent les risques d’avoir la maladie. L’arrêt doit uniquement se faire sur avis médical. En effet, le bon contrôle des symptômes limite les risques de présenter une poussée inflammatoire d'asthme en cas d'infection virale. D’ailleurs, les personnes asthmatiques n'ont pas plus de risques d'être contaminées que le reste de la population à condition que l'asthme soit bien contrôlé, selon les pneumologues pédiatres même si elles ont davantage de risques de développer des complications respiratoires en cas de contamination".

De plus, avant d’aller chez le pharmacien, vérifiez bien les dates de péremption des médicaments que vous avez chez vous. Si elles sont dépassées, il ne faut pas les utiliser, car ils peuvent être inefficaces ou provoquer des réactions dangereuses. On ne doit pas non plus les jeter à la poubelle, il est recommandé de les rapporter tout simplement à la pharmacie. L’interne aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Creil ajoute "peu de parents le savent, mais il ne faut pas - non plus - utiliser le Doliprane si la bouteille de la solution buvable pour enfant est ouvert depuis plus de 6 mois".

Image : les gestes barrières à connaître

Image : les gestes barrières à connaître

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci à Betsalel Toledano, interne aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Creil