Automédication : mode d'emploi

© Istock

L'automédication ? Oui bien sûr, à condition de respecter certaines règles. Celles-ci sont expressément soulignées dans le guide Vidal de l'automédication. Quand et comment recourir à l'automédication ? Comment bien utiliser les médicaments vendus sans ordonnance ? Etc.

Publicité

Quand recourir à l'automédication en toute sécurité ?

L'automédication est réservée aux petits maux bénins du quotidien, ceux que l'on reconnaît aisément, dont on est sûr de la cause, qui surviennent ponctuellement et qui n'engendrent pas de douleur très intense.

L'automédication permet ainsi de traiter la fièvre, les petites douleurs, un rhume, une digestion difficile, le mal de gorge, de petites verrues, etc.

Publicité
Publicité

En revanche, lorsque les symptômes sont douteux, violents ou persistants, il est recommandé de consulter son médecin. Un examen médical approfondi s'impose afin d'en déterminer la cause précise.

Au moindre doute, il faut renoncer à l'automédication et se tourner vers un médecin. En cas de maladies dites chroniques telles que le diabète, l'arthrose ou la rhinite allergique par exemple, ce n'est qu'après le diagnostic et la prise en charge par le médecin qu'il est parfois possible de recourir à l'automédication, pour traiter certains symptômes gênants mais sans gravité.

Les situations particulières

Les femmes enceintes ou qui allaitent ne doivent jamais recourir à l'automédication sans l'avis d'un médecin. Il en est de même des très jeunes enfants.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 16 Avril 2007 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 21 Juillet 2016 : 15h19
Source : "Le guide de l'automédication", Vidal, Larousse diffusion, 26 euros.