Rougeole : 72 départements sont désormais touchés par l’épidémie

© Adobe Stock

L'épidémie de rougeole continue sa progression en France. 72 départements ont déclaré des cas, d'après Santé publique France. Une flambée nationale semble bel et bien en route.

PUB

Plus de 1 600 cas de rougeole se sont déclarés en France depuis le début de l'épidémie. L'accélération est manifeste, puisque la quasi-totalité des personnes ont été infectées depuis le 1er janvier 2018. Dans son dernier bilan, Santé publique France livre un constat alarmant.

Désormais, ce sont 72 départements qui sont touchés par cette maladie extrêmement contagieuse. La Nouvelle-Aquitaine reste au cœur de l'épidémie, avec 8 foyers et 873 cas. Mais six autres régions déclarent des foyers actifs de rougeole. Les plus touchées sont la Bretagne (5 foyers), les Pays-de-la-Loire (5 foyers), et le Centre-Val-de-Loire (4 foyers)

PUB
PUB

© Adobe Stock© Adobe Stock

L'épidémie touche principalement les jeunes. L'incidence la plus élevée a été signalée chez les nourrissons de moins de un an, qui ne peuvent pas encore être vaccinés. Mais les adultes ne sont pas épargnés, puisque 56 % des cas touchent des personnes de plus de 18 ans.

Les collectivités au cœur de l'épidémie

Rappelons-le, les jeunes adultes sont particulièrement à risque de complications de la rougeole. Or, plus d'un cas sur cinq nécessite une hospitalisation depuis le début de l'épidémie.

L'épidémie se propage comme un feu de broussaille. Il faut dire que, sans vaccination suffisante, une personne malade en contamine jusqu'à vingt dans son entourage. Avoir reçu deux doses est nécessaire pour être protégé. Mais dans les faits, 87 % des Français.es infecté.e.s n'avaient pas bénéficié de ces injections, ou de manière incomplète.

La couverture vaccinale est donc insuffisante. Mais ça n'est pas le seul problème. Dans 20 % des cas, la personne malade a fréquenté une collectivité à risque – comme une école, une structure d'accueil de jeunes enfants ou encore un hôpital. Des milieux qui favorisent particulièrement la propagation du virus.

Au vu de ce contexte, Santé publique France confirme sa crainte d'assister à une épidémie d'ampleur importante sur le territoire. Elle rappelle donc aux professionnel.le.s de santé l'importance de proposer systématiquement la vaccination anti-rougeole, et d'effectuer un rattrapage si nécessaire.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mercredi 11 Avril 2018 : 12h04
PUB
PUB
PUB

Contenus sponsorisés