Epidémie de rougeole : les signes qui doivent alerter

© Adobe Stock

La France est confrontée à une flambée de cas de rougeole depuis novembre. Des milliers de cas et plusieurs décès ont déjà été signalés aux autorités sanitaires. Voici comment la repérer.

Publicité

La rougeole est de retour en France. Et elle circule à grande vitesse. Depuis le mois de novembre, plus de 120 cas ont été signalés dans la région Nouvelle-Aquitaine. 32 ont mené à une hospitalisation.

Dans un communiqué, l'Agence régionale de Santé (ARS) souligne que la plupart des contaminations se sont produites dans deux départements : la Gironde et la Vienne. A elle seule, l'agglomération de Bordeaux concentre 77 malades. Si l'autorité sanitaire s'active, c'est parce que la rougeole est une maladie très contagieuse.

La circulation du virus ne peut être interrompue que par une prise en charge systématique et un taux de vaccination élevé. Or, moins de 80% des habitants de la région sont protégés contre cette infection virale. L'autre problème, c'est que la rougeole est une maladie "oubliée". Repérer les symptômes n'est donc pas aisé. E-Santé fait le point.

Publicité
Publicité

Des points blancs dans la bouche

Le temps d'incubation de la rougeole est d'environ 10 jours après l'exposition au virus. Les premiers symptômes sont assez peu spécifiques. Le patient a le nez qui coule, tousse, souffre d'une forte fièvre et d'une grande fatigue. Les yeux sont également atteints.

Une conjonctivite se déclare généralement, accompagnée d'écoulements et de rougeurs. Les paupières sont gonflées et la lumière provoque une réelle gêne. Il est donc facile de confondre ces signes avec un rhume carabiné. D'autant que les symptômes durent trois à quatre jours.

Un médecin saura toutefois repérer la rougeole à un indice bien particulier. Aucune éruption cutanée ne se manifeste sur la peau, mais à l'intérieur de la bouche, il en va autrement. Des petits points blanchâtres se développent sur la face interne des joues.

Les complications sont fréquentes

La deuxième phase de l'infection est la plus connue, mais aussi la plus visible. La rhinite se calme tout comme les symptômes oculaires. La toux, elle, persiste. Le patient, fébrile et fatigué, commence à se parer de tâches très rouges et légèrement gonflées.

L'éruption cutanée descend progressivement le long du corps. Elle commence par le visage (oreilles, front, joues, cou) pour atteindre les pieds en trois jours. Ces boutons resteront environ une semaine, avant de disparaître progressivement.

Des formes sévères peuvent aussi se déclarer à ce moment. Elles concernent environ trois malades sur dix –surtout les jeunes nourrissons et les adultes. La plupart du temps, cela se traduit par une otite aiguë, une laryngite ou une diarrhée.

Les complications pulmonaires sont plus rares (6 % des cas) mais peuvent menacer la survie du patient. Il en va de même pour les atteintes aux yeux, au foie ou aux reins. Très rarement, une encéphalite va se développer. Elle se manifeste alors par une forte fièvre, des maux de tête et des troubles de la conscience. Cette forme grave ne concerne, heureusement, qu'un cas sur 1 000.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mardi 30 Janvier 2018 : 12h52
Source : Recrudescence du nombre de cas de rougeole en Nouvelle-Aquitaine : urgence vaccination !, ARS Nouvelle-Aquitaine, 22 janvier 2018
Aide-mémoire "Rougeole", Organisation Mondiale de la Santé, janvier 2018
Symptômes, diagnostic et évolution de la rougeole, Assurance maladie, décembre 2017
Qu'est-ce que la rougeole ?, Santé publique France, consulté le 30 janvier 2018
PUB
PUB
PUB