Pourpier

Publié le 12 Juillet 2001 | Mis à jour le 02 Août 2007 par Paule Neyrat, Diététicienne
Le pourpier possède des atouts nutritionnels exceptionnels. Il fut longtemps introuvable ailleurs que sur les marchés d'été du sud de la France. Heureusement, on trouve maintenant du pourpier beaucoup plus facilement, grâce à la mode de la cuisine méditerranéenne.
PUB

Plante potagère vivace

Les Romains connaissaient le Portulacca, les Grecs l'Andrachme, autrement dit le pourpier. Son nom viendrait du latin "pulli pes", qui signifie pied de poulet et ceci à cause de la forme de la plante. Le pourpier était très utilisé par les Arabes, au Moyen-Age. On le gardait souvent confit dans du vinaigre. Le pourpier pousse un peu partout à l'état sauvage dans toutes les plaines de France mais surtout dans celles du sud car il aime le soleil. Il est aussi cultivé depuis le 13ème siècle. Au 14ème, il était même planté dans les jardins princiers. On a toujours consommé le pourpier cru ou cuit qu'il soit sauvage ou cultivé. C'est un légume d'été : le pourpier se ramasse de juin à octobre.

Deux variétés

Le pourpier se reconnaît à ses feuilles épaisses et charnues, petites et rondes, vert vif, luisantes qui sortent des tiges rigides et rouges.Il a une texture assez particulière, un goût très doux qui se rapproche un peu de celui de la mâche.Le pourpier pousse très facilement dans les jardins, comme du chiendent ! Aussi a-t-on intérêt à en semer de façon à bénéficier de ses bienfaits.Il existe deux variétés : le pourpier doré et le pourpier vert. Toutes deux sont assez fragiles et à consommer rapidement sinon les tiges se flétrissent et se dessèchent.Le pourpier se mange cru en salade, avec huile d'olive et citron mais il peut aussi se cuisiner, comme les épinards, s'utiliser comme garniture de potage ou d'omelette à la place du cresson, autour d'un gigot ou d'un rôti.

Guide: 

PUB
Contenus sponsorisés