Pour l'éradication de la Listériose

L'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) vient d'établir une classification des aliments suivant le risque de contamination par la bactérie Listéria qu'ils présentent. Ce risque et les précautions à prendre pour éviter les infections seront indiqués sur les étiquettes des produits alimentaires.
PUB

La bactérie Listéria monocytogene est présente naturellement dans l'environnement. A l'état de trace, elle ne présente pas de risque pour le consommateur. Par contre, en se multipliant au sein même de certains produits alimentaires, elle peut atteindre une quantité seuil et provoquer des infections graves chez les personnes fragiles qui les ingèrent, en particulier les enfants et les personnes âgées.Grâce au dispositifs sanitaires mis en place depuis dix ans, les cas de listériose ont diminué de 68%. On décompte seulement 300 nouveaux cas par an, dont la plupart sont des cas isolés. Mais pour chasser plus radicalement ces bactéries de nos assiettes, l'Afssa vient d'établir une classification des aliments suivant le risque qu'ils présentent d'une contamination par cette bactérie. Cette classification figurera sur l'étiquette des produits et aidera le consommateur à identifier et à prévenir le risque en adoptant les bons réflexes.

Suivant le rapport de l'Afssa, les aliments doivent être classés selon trois catégories:Les aliments sûrs Le développement de la bactérie est impossible dans cette catégorie d'aliments du fait de leurs propriétés physico-chimiques (trop froid, trop acide, trop sec, trop sucré ou trop salé...etc.)Parmi ces produits, on compte les fruits, les yaourts, les biscuits secs, la vinaigrette, les surgelés...etc. Ces aliments ne présentent donc aucun risque de contamination pour l'homme, à condition toutefois, que leur niveau de contamination initial soit en-dessous du seuil de toxicité.Les aliments à risque maîtrisé Ce sont des aliments qui peuvent permettre le développement de la bactérie, mais qui ont subi un traitement au cours de leur fabrication ou de leur préparation pour éliminer les bactéries.Il s'agit par exemple des conserves qui sont stérilisées, du lait ou des jus de fruits ayant subi un traitement UHT (Ultra Haute Température) durant un temps très court pour ne pas altérer leurs qualités, des viandes cuites et des plats cuisinés car les bactéries sont sensibles à la température.Pour que la bactérie ne se développe pas dans ces aliments, des précautions devront être prises et seront indiquées sur l'étiquetage des produits: température de conservation, conditions de cuisson, délai de consommation après ouverture Les aliments sensibles Ils peuvent permettre la multiplication de la bactérie et atteindre ainsi le seuil de toxicité pour l'homme. Ce sont les produits que l'on trouve dans les rayons frais: charcuteries, fromages à pâte molle (non cuite), mais aussi des aliments à risque maîtrisé qui, une fois ouverts chez le consommateur, deviennent sensibles: mayonnaise ou soupe en brique une fois ouvertes.

PUB
PUB

Au-delà de l'information figurant sur les étiquettes des produits alimentaires, le consommateur aura sans doute besoin d'être formé. Les médecins généralistes, proches de leurs patients, auront donc un rôle de prévention à jouer, en particulier auprès des personnes à risque comme les femmes enceintes, les mères de familles pour leurs enfants, les personnes âgées ou immunodéprimées.En plus de la sensibilisation du consommateur, l'AFSSA espère également une prise de conscience chez les industriels face aux risques que présente la Listéria dans leurs produits, que ce soit avant ou après l'acte d'achat. Pour cela, elle propose des outils d'évaluation de ce risque, qui serviront à classer les aliments dans l'une des trois catégories.

Publié le 04 Février 2002
Auteurs : Dr Agnès Lara