France : plus de 1000 bébés secoués en deux ans

Pour la première fois en France, les professionnels de la santé se sont penchés sur les données hospitalières recueillies entre 2015 et 2017 pour déterminer le nombre d’enfants victimes du syndrome du bébé secoué. On a dénombré plus de 1000 cas en 2 ans.
© Istock

Les chercheurs ont comptabilisé 512 cas probables de traumatisme crânien infligé par secouement (TCIS) - ou syndrome du bébé secoué - chez les jeunes blessés âgés de 1 à 11 mois. Ces enfants présentaient une hémorragie rétinienne (la lésion la plus spécifique de ce trouble) et/ou des maltraitances (sévices physiques, mauvais traitement par un parent…).

Ils ont également établi qu’il y avait 703 cas possibles, soit des petits patients ayant au moins une lésion intracrânienne (hémorragie traumatique sous-durale ou sous-arachnoïdienne). Selon cette étude, il y aurait ainsi respectivement 22,1 et 52,4 cas pour 100 000 naissances.

Bébé secoué : deux tiers des victimes ont moins de 6 mois

L’étude, menée par Santé Publique France, précise que "Les enfants victimes de TCIS sont majoritairement des garçons de moins d’un an et le plus souvent – dans deux tiers des cas environ – de moins de 6 mois".

De plus, 20% des bébés décèdent et 75% présentent des séquelles sur le long terme. L’article ajoute “Le très jeune âge des enfants, la répétition fréquente des secouements et, dans certains cas, le délai important avant de recourir aux soins expliquent en grande partie le mauvais pronostic du TCIS”.

Le syndrome du bébé secoué : c’est quoi ?

Les bébés secoués présentent un traumatisme crânien non-accidentel accompagné de lésions du cerveau. Il est généralement provoqué par les violentes secousses d’un adulte.

La tête des bébés de moins d’un an est relativement grosse et lourde par rapport au corps. De plus, le cerveau n’est pas encore bien ancré dans la boîte crânienne. Il peut ainsi heurter les parois pendant les sévices.

Il est également possible que des vaisseaux sanguins s’arrachent ou que des tissus cérébraux soient écrasés.

Le syndrome du bébé secoué est une urgence médicale. Il provoque de graves séquelles ou même mourir des jeunes patients.

Quels sont les symptômes d'un bébé secoué ?

Après les secousses brutales, la majorité des enfants présentent les symptômes suivant :

  • une somnolence inhabituelle ;
  • une rigidité du corps ou au contraire une perte du tonus ;
  • des mouvements anormaux ou des convulsions ;
  • des difficultés respiratoires ;
  • une perte de l'appétit ;
  • une apathie ;
  • ou alors une extrême irritabilité, des pleurs inhabituels ;
  • des troubles oculaires (mouvements anormaux des yeux, pupilles de tailles inégales, regard perdu…).

Si votre enfant montre ces signes, il est important d’agir vite. Il faut contacter les secours, car seulement un diagnostic et des soins rapides permettent de diminuer les séquelles neurologiques.

Que faire si votre bébé pleure beaucoup ?

Le syndrome du bébé secoué est souvent la conséquence d’un épuisement parental. Il ne faut donc pas hésiter à demander de l’aide lorsqu’on est exténué par les pleurs de son enfant.

De plus pendant les crises de larmes du petit, il est important de se rappeler qu’un nourrisson peut pleurer 2 à 3 heures par jour pour diverses raisons (faim, couche mouillée, position inconfortable, envie d'un câlin, ennui, fatigue…). Si une nouvelle couche, un biberon/une tétée ou un câlin n’ont pas suffi à calmer bébé, il faut :

  • le prendre dans vos bras ;
  • le maintenir dans un environnement calme (lumière tamisée, sans stimulation, éviter les bruits…)
  • le promener ou se déplacer avec lui grâce un porte-bébé/une écharpe/une poussette ;
  • lui masser le ventre ou le dos ;
  • lui chanter une chanson ou lui faire écouter une musique douce ;
  • ou encore lui faire prendre un bain à 37°c.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.