Syndrome du bébé secoué : trop de séquelles dramatiques et de décès

Publié par Julie Luong, journaliste santé le Lundi 25 Novembre 2013 : 08h26

Secouer un bébé est un acte violent, dont les conséquences peuvent être dramatiques.

Chez les plus petits, les secousses peuvent entraîner un grave traumatisme crânien et même le décès. Explications.

PUB

Secouer un bébé, c’est toujours dangereux

Régulièrement, des affaires de « bébés secoués » font la une des journaux.

Et chaque année, des bébés meurent d’avoir été secoués par un adulte.

Or cette forme de maltraitance est particulièrement insidieuse : malgré la violence de ce geste, de nombreux parents en sous-estiment encore les conséquences. La plupart des gens sont d’accord pour dire qu’on ne frappe pas un bébé. Mais les secousses, en revanche, sont parfois encore banalisées.

PUB
PUB

Bébé : attention, cerveau fragile !

La tête d’un bébé est lourde, son cou n’est pas musclé et son cerveau, contrairement au nôtre, n’est pas fermement ancré dans la boîte crânienne.

Si on lui fait subir des mouvements rapides et répétés – on ne parle pas d’un simple jeu mais bien d’une secousse volontaire et excessive –, la tête du bébé va avoir tendance à balancer de tout son poids d’avant en arrière. Le cerveau vient alors heurter violemment la boîte crânienne. Les vaisseaux sanguins autour du cerveau peuvent se déchirer, saigner et entraîner des lésions cérébrales...

Le risque est particulièrement élevé chez le bébé de moins d’un an.

Secouer un bébé peut avoir des conséquences dramatiques :

  • 10 % des bébés secoués décèdent suite à ces secousses.
  • Près de 50 % des bébés seront handicapés – physiquement ou mentalement – à vie.

Après les secousses, la majorité des enfants présentent des symptômes que l’entourage doit pouvoir repérer :

  • somnolence inhabituelle,
  • vomissements répétés,
  • refus de manger,
  • regard « perdu » ou pupilles de tailles inégales,
  • rigidité du corps,
  • difficultés respiratoires.
Publié par Julie Luong, journaliste santé le Lundi 25 Novembre 2013 : 08h26
Source : E. Rebuffat, Le syndrome du bébé secoué, Revue médicale de Bruxelles, 2009. Déclaration conjointe sur le syndrome du bébé secoué, Société canadienne de pédiatrie. Recommendation : syndrome du bébé secoué, Haute Autorité de Santé.
PUB
PUB
A lire aussi
Traumatisme crânien : le handicap invisible !Publié le 13/10/2008 - 00h00

Chaque année, en France, 160 000 personnes sont victimes d'un traumatisme crânien et près de 8 000 restent gravement handicapés. Outre les conséquences physiques (tétraplégies…), les traumatismes crâniens transforment parfois profondément le comportement et la personnalité des victimes :...

Le drame des bébés secouésPublié le 14/10/2002 - 00h00

Le syndrome du bébé secoué est à nouveau tristement d'actualité. Il est indispensable d'éveiller l'attention des parents et des médecins sur ce problème très grave et trop souvent mal appréhendé.

" On peut secouer un biberon, pas un bébé ! "Publié le 03/11/2005 - 00h00

Ce slogan, choisi pour la première campagne de sensibilisation sur les dangers de secouer des bébés, ne s'adresse pas à une population particulière (alcooliques, maltraitants), mais à tous les nouveaux parents en général… En effet, nous pouvons tous être excédés, mais il ne faut jamais...

Divorce : les petits nomades de la garde alternéePublié le 27/04/2012 - 13h52

Avec un divorce pour deux mariages sur l’ensemble du territoire et deux sur trois dans les grandes villes, la mise en place et la gestion de la garde des enfants encombre les tribunaux. Résidence classique chez maman, avec un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires chez papa ou...

Plus d'articles