Massage des tout-petits

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 13 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 29 Janvier 2015 : 15h44
Dès le 2e mois de grossesse le foetus est sensible au touché. Après la naissance, le massage l'aide à accepter en douceur sa nouvelle vie à l'extérieur. Parmi ses immenses bienfaits, citons l'établissement d'un lien très fort entre le bébé et le parent. C'est d'ailleurs pour cette raison que certaines maternités le préconisent comme moyen de prévention contre la maltraitance.
PUB

Massage bébé : des bienfaits dès la naissance

Au 2e mois, un sens tactile s'installe le long de la colonne vertébrale, des fesses et du cou. À 15 semaines, les mains, les pieds et les lèvres réagissent au toucher. À 20 semaines, le fœtus répond aux caresses appliquées sur le ventre de sa mère. À la naissance, brutalement privé de la tiédeur et de la caresse constante du liquide amniotique, on comprend facilement l'importance du massage. En effet, le nourrisson a un grand besoin de contact peau à peau afin de se sentir rassuré. Pratiqué depuis des millénaires en Orient et en Afrique, le massage d'un bébé exerce des bienfaits sur l'ensemble de son organisme : circulation, système nerveux, oxygénation, stimulation du système immunitaire, régulation de la respiration, du rythme cardiaque, développement du squelette, digestion, sommeil… En outre, il procure un sentiment de sécurité et de confiance en soi, améliore la prise de conscience et l'acception de son corps, la communication, l'éveil, etc.

Il crée de plus un lien très important entre le bébé et le parent, un attachement indispensable à l'équilibre de l'enfant.

Le fait de masser un bébé favoriserait aussi la sécrétion d'une hormone, l'ocytocine, impliquée dans l'instinct maternel et paternel.

PUB
PUB

Un outil contre la maltraitance

En rapport avec cette sécrétion « d'hormone parentale », certaines maternités, notamment canadiennes, préconisent le massage du bébé comme moyen de lutte contre la maltraitance infantile. En effet, on ne naît pas parent, on le devient. Et à cause d'une souffrance, qu'elle soit due à la pauvreté, à une maladie, au stress ou à un divorce, un parent sur trois n'a pas développé de lien fort avec son enfant à l'âge d'un an.

Certes, les causes de la maltraitance sont nombreuses, mais il est évident que l'absence d'attachement parent-bébé y est toujours étroitement liée. Si le fait de masser un nouveau-né provoque la sécrétion d'ocytocine, le parent ainsi stimulé s'occupera mieux et davantage de son petit, ce qui créera un lien fort entre eux (cette hormone est également présente chez l'homme).

Cette technique peut donc rétablir l'attachement parental, lequel est essentiel à l'enfant pour son développement tant physique que psychologique, émotif et cognitif.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 13 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 29 Janvier 2015 : 15h44
PUB
PUB
A lire aussi
5 clés pour avoir un bébé zenPublié le 13/12/2011 - 14h13

La grossesse est ponctuée de doutes, de craintes, mais aussi de surprises et de joies. Une vague d'émotions perçue par la mère mais aussi par le fœtus. Voici cinq clés pour cultiver une vie équilibrée, propice à la sérénité du futur bébé.

Prématurité : quel avenir pour les enfants nés trop tôt ?Publié le 15/12/2014 - 07h00

En matière de prématurité, la médecine a fait d’énormes progrès et permet à des bébés parfois nés très tôt et très petits de survivre.Mais une fois sortis de l’hôpital, ces enfants ne sont pas toujours sortis d’affaire. Quelles sont les conséquences de la prématurité ?

Le massage : une médecine douce ?Publié le 09/03/2009 - 00h00

Contre le stress, la migraine, les rhumatismes, la fatigue, les baisses de libido... Tour complet des massages à essayer en posologie printanière.

Pleurs du nourrisson : faut-il laisser bébé pleurer ?Publié le 26/02/2016 - 11h58

Si l’on sait de façon théorique qu’un bébé pleure, ce n’est pas pareil de l’expérimenter ! Beaucoup de parents se trouvent démunis devant les pleurs de leur nourrisson, notamment quand ses besoins physiologiques sont déjà comblés. Par crainte de passer à côté d’une causeorganique, ils multiplient parfois les consultations médicales. L’entourage donne en général beaucoup de conseils divers et variés qui peuvent être source de confusion, voire de culpabilité : on peut finir par penser qu’on est un mauvais parent quand on ne parvient pas à pouvoir calmer...

Plus d'articles