Les petites blessures des sportifs
Publié le 12 Janvier 2009 à 1h00 par Louise Castillon, journaliste santé
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Tendinite, luxation, déchirement musculaire…

Le palmarès des talons d'Achille des sportifs ne manquent pas, les entorses remportant la première place en représentant 25 % des traumatismes les plus fréquents. Les plus jeunes qui pratiquent souvent des sports plus violents sont les premiers touchés par les risques de blessures. Mais si le sport n'est pas sans danger, il reste avant tout un bienfait pour la santé !

Faites le bon choix !

Si vous avez une fragilité au niveau du poignet, vous éviterez d'aller vous inscrire à un cours de tennis… À vous de trouver le sport qui s'accordera avec votre état de santé. Une visite médicale, obligatoire avant de commencer un sport, vous permettra de détecter les contre-indications potentielles. 'Un interrogatoire médical permet de faire le bilan de vos antécédents et de cibler vos faiblesses, intervient le docteur Bruno Sesboüe, responsable du service de médecine du sport au CHU de Caen. Si vous avez plus de 40 ans, un examen d'effort permettra de faire le point sur vos capacités sportives. Un électroencéphalogramme réalisé chez le sujet jeune qui pratique un sport à haut niveau éliminera les risques cardiovasculaires.' Une fois le facteur de santé mis de côté, vous devriez trouver facilement un sport adapté à vos besoins et à vos envies.

Attention à la crampe !

Elle ne dure jamais très longtemps, mais elle fait très mal ! Cette contraction involontaire d'un muscle est le signe que vos muscles manquent d'oxygénation. Le muscle fonctionne grâce aux réserves d'ATP, l'Adénosine-Tri-Phosphate, stockée dans les fibres du muscle qui fabriquent cet ATP en permanence grâce à l'aide de minéraux, de nutriments essentiels, d'eau et d'oxygène. Quand vous maintenez un effort musculaire dans la durée, votre ATP est vite brûlée et votre muscle finit par se bloquer en se contractant. La crampe est son SOS pour vous demander de vous arrêter pour le laisser souffler un peu. Quand votre muscle se retrouve au repos, l'acide lactique qu'il produit n'est plus évacué et s'accumule. Les toxines stagnent et déclenchent des crampes qui surviennent généralement la nuit pour troubler votre sommeil…

Courbatures obligatoires ?

La reprise du sport s'accompagne presque inévitablement de courbatures. Ces douleurs musculaires vous rappellent que vos muscles ont besoin d'exercice régulier et que les contractions que vous leur faites subir soudainement ne sont pas à leur goût. Vos muscles manquent d'oxygénation, provoquant la production d'acide lactique qui favorise les contractions. 'Les courbatures surviennent généralement le lendemain de la séance, explique le docteur Sesboüe. Elles durent généralement 48h pour s'estomper progressivement. Laissez le temps à vos muscles de récupérer et évitez de refaire une séance si vous avez mal. Plus votre entraînement sera assidu, plus les courbatures s'espaceront.' Vous pouvez prendre de l'aspirine en fin de séance pour prévenir les courbatures. Les huiles de massage à l'arnica (Weleda) sont également très efficaces.

Une entorse au règlement

Un effort violent qui vient malmener votre cheville et vous ressentez une vive douleur qui est accompagnée d'un gonflement ? Vous venez peut-être de vous faire une entorse, qui est un étirement des ligaments. Les ligaments sont des bandes de tissus fibreux qui permettent aux articulations de se maintenir en place. Les ligaments des chevilles ou des genoux sont souvent sollicités et les entorses ne sont pas rares. Elles peuvent se limiter à un étirement des ligaments. L'entorse est alors une simple foulure qui nécessite une immobilisation pendant une dizaine de jours avant que les ligaments ne se rétablissent. Mais parfois les ligaments se déchirent et exigent une intervention chirurgicale. 'Une des causes les plus fréquentes de blessures chez les sportifs est la rupture du ligament croisé antérieur du genou', intervient le docteur Sesboüe. Elle implique un repos de six mois pour que le genou se consolide. Si vous partez skier cet hiver, ménagez vos genoux !

C'est le claquage !

Vous êtes en train de courir un 100 mètres quand vous ressentez une vive douleur comme un coup de poignard au niveau de votre mollet ? Vos muscles n'ont pas supporté la contraction qui a mené à une déchirure musculaire plus connue sous le nom de claquage. Les fibres musculaires se rompent à l'endroit où le muscle a dépassé ses capacités d'élasticité, provoquant une lésion qui se manifeste par un hématome et un œdème qui se met rapidement à gonfler. Une consultation médicale s'impose pour confirmer le diagnostic. Une échographie évaluera l'étendue des dégâts. Un mois de repos sera nécessaire pour aider vos muscles à se réparer, des massages chez le kiné pouvant accélérer la guérison. Vous pouvez appliquer du froid sur la partie touchée à l'aide d'aérosol de froid ou de glace enveloppée dans un torchon pour soulager la douleur.

Luxation : vos articulations souffrent

Elles sont plus rares que les entorses (seulement 2 % des blessures) et surviennent généralement dans la pratique d'un sport plus violent comme le rugby ou un sport de combat. Un choc provoque le déboîtement douloureux de deux articulations. Les luxations se localisent le plus souvent au niveau du genou, de l'épaule, des doigts ou de la hanche. La priorité reste pour le médecin de remettre les articulations à leur place, ce que l'on appelle une réduction. Une fois les articulations remises, un repos complet est nécessaire (comptez une dizaine de jours) suivi d'une rééducation pour réhabituer en douceur les articulations au mouvement.

Tendinite à répétition…

C'est le talon d'Achille des sportifs ! Cette inflammation des articulations vient fragiliser le tendon et le rendre douloureux. Les tendinites se situent souvent au niveau du coude (c'est le fameux tennis-elbow que connaissent bien les amateurs de tennis), de l'épaule, du pied et du genou. Le tendon se rapproche fortement des ligaments dans sa constitution. Les tendons sont comme des cordes fixés sur le squelette. Ils possèdent une grande élasticité et une plus grande résistance que les ligaments. Mais la répétition des mouvements due un entraînement excessif et l'usure liée à l'âge peuvent mener à leur inflammation, voire à leur déchirure. Des anti-inflammatoires et des séances chez le kinésithérapeute calmeront la douleur. Le repos est également conseillé en immobilisant le tendon à l'aide d'une orthèse qui entoure et maintient la partie blessée.

Plein le dos !

Le sport n'est pas toujours tendre avec votre colonne vertébrale qui est mise à rude épreuve. Faux mouvements ou poids soulevé sans échauffement pendant une séance de musculation… votre dos ne manquera pas de vous faire remarquer que vous le faites souffrir par un lumbago, une sciatique ou un torticolis de lendemain d'exercice physique. En renforçant votre sangle abdominale et en apprenant à bien vous placer pour ne pas vous 'casser' les lombaires, vous soulagerez les tensions du dos. Peu à peu vos muscles dorsaux se fortifieront et gagneront en souplesse. Tout est une question d'échauffement et de pratique régulière !

Les sports à risques

Le risque zéro n'existe pas dans le sport. Vous pouvez vous fouler la cheville en marchant tranquillement. Certains sports vous exposent toutefois davantage, comme les sports de combats où il n'est pas rare de recevoir un coup mal placé. 'Les assurances ont fait leurs statistiques, constate le docteur Bruno Sesboüe. Le sport qui provoque le plus d'accidents est la gymnastique. Mais ces accidents restent le plus souvent sans gravité et se limitent aux lunettes cassées. Les accidents les plus graves sont engendrés par les sports mécaniques comme le kart.' Les blessures peuvent aller jusqu'à la fracture ou au traumatisme crânien. Quand il est pratiqué à haut niveau, le sport pousse le corps dans ses limites jusqu'à la blessure.

Source : Côté santé, décembre 2008.