Sportifs : les signaux d'alarme

Publicité

La fatigue

C'est le plus courant des signes indiquant la nécessité d'une diminution ou d'un arrêt de l'effort physique. L'effort musculaire entraîne une utilisation importante de glycogène, qui est un des substrats énergétiques de l'effort, et peut conduire à l'hypoglycémie. Il existe également une consommation accrue de l'autre substrat énergétique que sont les lipides. Il en résulte une production de corps cétoniques. La production de sueur entraîne une perte d'eau et des ions sanguins (sodium, potassium), et ainsi une baisse du volume sanguin. L'effort musculaire entraîne également des lésions microscopiques des fibres musculaires.

La fatigue est le résultat de tous ces phénomènes, surtout dans les efforts de longue durée.

Dans les efforts de courte durée faisant intervenir la voie anaérobie, la fatigue est probablement due à l'accumulation d'acide lactique, à l'origine des crampes, sensations de fatigue, douleurs abdominales.

La baisse de performance

Ce n'est jamais un signe anodin et il faut toujours rechercher le phénomène déclenchant. En dehors de signes médicaux particuliers, il s'agit en général d'un signe de surentraînement.

L'idée que plus on s'entraîne et plus on progresse est fausse. On sait que l'amélioration des performances grâce à l'entraînement est liée au respect des phases de récupération. L'oubli de cette règle de base se répercute sur les performances mais également sur la santé et le moral.

Guide: 

Publié par Dr Renaud Guichard, chirurgien le Jeudi 25 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Lundi 02 Février 2015 : 14h46
PUB
PUB