Perte d'audition : quand et comment la traiter ?

La perte d’audition et la question de l’appareillage auditif peuvent avoir des airs de contraintes et de véritables casse-têtes : pas pratique, couteux, difficile à accepter, il est commun de vouloir retarder le moment choisi pour traiter une perte d’audition. Est-ce vraiment si complexe ?
© Istock
Sommaire

Les freins exposés ci-dessus sont souvent le résultat d’a priori pas franchement justes. D’après une étude partagée par l’assurance maladie, près d’un français sur dix souffrirait de perte d’acuité auditive. C’est donc un sujet connu, qu’il revient d’aborder sans crainte.

Plus encore, il est important de ne pas attendre pour réaliser un dépistage auditif, afin d’anticiper le besoin ou non, de s’appareiller. Tout comme l’ensemble des autres sens, l’ouie est précieuse, et il faut la traiter avec soin. Il est préférable de soigner une perte d’audition rapidement afin de limiter les complications. Le dépistage est simple à réaliser et les différents traitements proposés selon l’acuité auditive sont souvent pris en charges par les organismes de soins. N’attendez pas !

Cet article a pour objectif de vous accompagner pour mieux comprendre, traiter et appréhender la perte d’audition. Les symptômes, les éventuels handicaps liés à la perte d’acuité auditive, la question de l’appareillage, mais également l’importance du dépistage et les complications à la suite d’une perte d’audition non traitée sont autant d’éléments à prendre en compte pour savoir quand et comment traiter au mieux la perte d’audition.

Perte d’audition : Quels symptômes, pourquoi et comment ? 

La perte d’audition peut être le résultat de nombreux facteurs. La vieillesse en est un, mais il existe bien d’autres causes pas toujours faciles à identifier. Certaines maladies infectieuses et autres parasites peuvent être à l’origine d’une mauvaise acuité auditive. Il n’est pas rare que des otites ou même qu’un corps étranger comme le bouchon de cérumen s’avèrent être de véritables handicaps à une audition correcte. Enfin, des maladies congénitales et des malformations auditives peuvent aussi être la cause de difficultés à bien entendre. 

S’il existe de nombreux facteurs pouvant donner lieu à une perte d’audition, comment en déceler les symptômes ?

Ils ne sont pas toujours évidents. Subtils même, comme certains sons que l’on ne parvient pas à distinguer, ou moins bien, d’autres que l’on déchiffre plus par habitude que par réelle capacité auditive. Si vous avez du mal à entendre certains sons, en particulier graves, si vous demandez régulièrement à vos proches de répéter une phrase ou un mot qu’ils auraient pu prononcer, si vous observez un certain délai entre le moment où vous entendez un mot et celui où vous parvenez à l’assimiler, si vous parlez plus fort que la normale, vous êtes peut-être concerné par la perte d’audition. Cette situation pourrait sembler a priori anodine, mais au quotidien, et selon le degré de perte auditive elle peut être la cause de nombreuses difficultés.  

Les conséquences de la perte d’audition : difficultés à communiquer, impact sur la vie sociale, personnelle et professionnelle

Alors, quelles peuvent-être les conséquences d’une perte d’acuité auditive ? 

D’abord, sociale. Notre capacité à entendre et à communiquer nous permet d’entretenir des relations, et de tisser des liens au quotidien. Avec une acuité auditive réduite, il est possible d’avoir le sentiment de garder un pied en dehors de ce rapport avec le monde. Pâtir de difficultés à communiquer peut s’avérer véritablement impactant au quotidien, qu’il s’agisse du milieu professionnel ou personnel. 

Le fait de devoir faire répéter peut aussi être perçu de l’extérieur comme le signe d’un manque d’attention et d’intérêt, dans le travail notamment, et donner lieu à une forme d’exclusion de la part de collaborateurs. Ces préjugés ont la peau dure et peuvent mettre à mal vos relations dans le travail.

Faites l’expérience : si vous ne parvenez pas à entendre un mot après avoir fait répéter quelqu’un à plusieurs reprises, vous risquerez sans doute de cesser de le faire répéter à nouveau afin de ne pas le contrarier, au risque de mal comprendre ou mal interpréter une information. 

Plus qu’un inconfort physique, il s’agit donc d’une difficulté quotidienne, qui peut être particulièrement éreintante à long terme. 

Éreintante car, lorsqu’on entend mal, et lorsqu’un de nos sens est mis en difficulté, il est naturel de solliciter davantage les autres sens que nous avons. Autrement dit, la perte d’audition peut-être à long-terme assez épuisante car elle oblige à une grande concentration et une véritable capacité d’adaptation. Vous interprétez et lisez sur les lèvres, parfois même sans vous en rendre compte, ce qui peut mener à une fatigue visuelle et psychologique accrue.

Comment réaliser un dépistage auditif ? 

Rassurez-vous, tout n’est pas noir pour autant. Il est possible de se faire dépister facilement. Et pour les plus impactés d’entre nous, de nombreux appareils extrêmement performants ont la capacité de rétablir un confort auditif proche de celui ressenti naturellement. Ils sont même, pour certains, entièrement pris en charge. La perte d’audition est un sujet connu et bien traité. Des tests de dépistage permettant d’identifier rapidement la nature de la perte d’audition et de nombreuses solutions peuvent être mises en œuvre pour la traiter rapidement.

Le dépistage est primordial. Certains pourraient penser qu’il est possible, et même préférable, de vivre avec cet inconfort plutôt que de risquer de s’appareiller et de se faire dépister. Si nous n’allons pas explorer les différentes motivations personnelles qui mènent à ces raisonnements, vous verrez plus bas dans cet article pourquoi il est important de se dépister dans les meilleurs délais, et pourquoi une telle solution est souvent bénéfique sans s’avérer nécessairement couteuse. 

Le dépistage auditif peut être réalisé rapidement et sans difficulté. Dispensé par un ORL, cette série de tests consiste à évaluer votre degré de surdité en décibels, mesurée sur une échelle de perte auditive. Ces tests vous permettront de réaliser un premier bilan et de déterminer la nature de la perte d’acuité auditive. Ce bilan permettra notamment, selon le résultat obtenu aux différents tests, de déterminer s’il est nécessaire de vous appareiller ou non.
C'est donc dès maintenant, qu'il faut s'informer sur les appareils auditifs !

Les conséquences d’une perte d’audition non traitée 

Le plus vite, le mieux. Pourquoi le dépistage auditif est-il à prendre en charge le plus rapidement possible ?

D’abord, nous l’avons vu, parce que l’ensemble de nos sens, et en particulier notre ouie, est directement lié à certaines de nos capacités cognitives. Ne vous faites pas mal aux oreilles ! Lorsqu’une défaillance a lieu, vos facultés cognitives prennent le relais et peuvent rapidement être sursollicitées, voire mises à mal. Aussi si vous vous assurez de traiter le problème à sa racine le plus rapidement, vous vous épargnerez de possibles complications et un traitement sans doute plus couteux. Au même titre que pour la vue - les porteurs de lunettes et lentilles pourront en attester – on ne peut pas continuer de se comporter de la même manière lorsque notre acuité auditive est dégradée. Un patient atteint de myopie ne peut pas continuer à regarder la télévision sans lunettes, au risque de l’aggraver. Sans même vous en rendre compte, vous risqueriez d’augmenter les décibels, le niveau sonore, le son de votre radio, et par définition, de vous faire un peu plus mal aux oreilles. Et si le dépistage ne donne pas nécessairement lieu à un appareillage, il a aussi pour intérêt d’identifier d’éventuelles infections qui, en étant traitées rapidement, peuvent éviter certaines complications.

Les résultats du bilan ORL permettent ainsi d’identifier la nature du problème dans les meilleurs délais, et de trouver la solution adaptée à vos besoins. C’est une étape cruciale dans le traitement de la perte d’audition. Si vous hésitez encore à sauter le pas, parlez-en à vos proches, faites leurs part de vos éventuelles craintes et faites-vous accompagner par un ami ou un parent. Il est commun de minimiser l’impact d’une perte d’audition, mais très souvent, lorsque le sujet a été pris en charge et bien traité, on réalise combien il est agréable d’évoluer dans un monde où les sons sont nets, équilibrés et distincts.

Quand faut-il envisager l’appareillage auditif ? 

Tout bilan ORL ne donne pas nécessairement lieu à un appareillage. Nous l’avons vu plus haut, les causes d’une perte d’acuité auditive sont multiples et selon leur degré d’importance, elles ne nécessitent pas toujours des solutions d’appareillage.

Alors comment savoir s’il est nécessaire de se faire appareiller ?

En réalité, c’est la nature, le résultat du bilan ORL, et la décision du médecin seule qui permettront de déterminer si vous devez vous appareiller ou non. Le test a pour objectif d’évaluer le niveau de surdité. Une échelle de décibels identifie le degré de perte auditive. On parle de surdité légère entre 20 et 39 décibels de perte auditive. De 40 à 69, on parle de surdité moyenne. De 70 à 89, la surdité est sévère. À partir de 90, elle est considérée comme profonde. En fonction de ces résultats et du diagnostic associé, l’ORL peut choisir ou non de vous rédiger une ordonnance pour le port d’un appareil auditif. Il vous adressera à un centre spécialisé afin de pouvoir tester et identifier une série d’appareils adaptés à votre surdité.

Aujourd’hui, le marché regorge d'appareils auditifs disposant de solutions toutes plus technologiques et performantes . Ils existent dans de nombreuses gammes et permettent de s’adapter à chaque profil en fonction de votre degré de surdité, des types de sons à reconstituer et amplifier, des besoins en matière de confort, d’ergonomie et de suivi. Vous trouverez donc nécessairement, chaussure à votre pied.  

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :