On a testé pour vous... les culottes menstruelles

Que cela soit pour des raisons économiques ou écologiques… vous êtes tentés par les culottes menstruelles ? Mais face au nombre grandissant de marques, il n’est pas évident de faire votre choix ? La rédaction d’Esanté a testé plusieurs modèles pour vous aider à y voir plus clair.
On a teste pour vous... les culottes menstruelles

Ce jeudi 28 mai est la journée de l’hygiène menstruelle, un événement lancé en 2014 par  l'ONG allemande WASH United pour briser les tabous autour des règles. À cette occasion, la rédaction d’Esanté a décidé de se pencher sur la dernière venue dans l’univers des protections hygiéniques : la culotte menstruelle. 

Culotte menstruelle : qu’est-ce que c’est ?

Culotte menstruelle - le nom parle de lui-même - il s’agit d’une protection hygiénique qui prend la même forme qu'un sous-vêtement féminin. Elle est capable d’absorber le sang des règles grâce à un fond de culotte composée de plusieurs couches absorbantes. S’il y a des différences selon les marques, elles sont généralement au moins au nombre de 3 :

  • un tissu doux absorbant en contact avec les parties intimes ; 
  • un tissu de rétention qui capte le sang : il peut être à base de bambou, eucalyptus, laine de mérinos, polaire de coton ;
  • un tissu imperméable pour éviter les fuites.

Les marques promettent entre 8 et 12 heures de protection. L’idée est ainsi de pouvoir la porter en journée ou la nuit sans avoir besoin de se changer. Lavables, ces produits peuvent être utilisés pendant deux à 3 ans.

Culotte de règles : comment les laver ?

Pour le nettoyage, les fabricants recommandent de rincer le vêtement à l'eau froide après l’utilisation. Il faut ensuite le laver à basse température dans un lave-linge, soit 30 degrés. Il est tout à fait possible de mélanger la culotte menstruelle aux autres habits sales.

Néanmoins attention, il ne faut pas mettre de détergent ou d’assouplissant car ces produits gorgeraient les fibres absorbantes et réduiraient leur efficacité. Il est aussi préférable d’éviter le sèche-linge, car sa chaleur peut endommager la membrane imperméable. Il suffit donc de la faire sécher à l’air libre.

Elles profitent des doutes sur la composition des tampons et serviettes

Les culottes menstruelles ont le vent aux poupes depuis plusieurs années. Une des raisons : la méfiance grandissante des femmes pour les protections hygiéniques comme les tampons et les serviettes hygiéniques. Une étude de l’ANSES, publiée en juillet 2018, révélait que certains de ces produits contenaient des composants nocifs pour la santé. La liste de ces produits préoccupants comprends des pesticides (lindane, quintozène, glyphosate) mais également des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des phtalates ou encore des dioxines. Tous ces produits chimiques sont soupçonnés d’être cancérogènes ou mutagènes.

Néanmoin, l’agence française assure qu’il n’y a pas risque sanitaire par voie cutanée en raison des “très faibles concentrations” mesurées et toutes “sans dépassements de seuils sanitaires”. Malgré ces paroles rassurantes, les questions sur ces produits très présents dans notre vie grandissent.

Plus de 10 000 protections hygiéniques par femme

L’autre argument avancé pour choisir les culottes menstruelles est environnementale. En moyenne, les femmes ont leurs règles pendant 42 ans et 13 fois par an. Cela représente 549 cycles ou encore 2 730 jours, soit 9% de leur vie. Selon des estimations, elles sont amenées à utiliser plus de 10 000 protections hygiéniques au cours de leur existence. À l’échelle mondiale, ce ne sont pas moins de 45 milliards de déchets, soit 1447 serviettes hygiéniques chaque seconde. S’il ne s’agit pas de marque bio et écologique, elles sont par ailleurs à 90% en plastiques et non recyclables.

Autre bénéfice mis en avant par les marques : les économies. Selon une étude réalisée par Plim, les Françaises dépensent en moyenne 2000€ pour leurs protections hygiéniques. Utiliser des produits réutilisables comme les culottes de règles, plutôt que d’acheter tous les mois une boite de tampons, se révèle plus intéressant financièrement sur le long terme, même avec des prix variant entre 25 et 49€ selon les modèles.

Les culottes menstruelles ont des atouts, mais face au boom des références et modèles, difficile de faire un choix ! C’est pourquoi la rédaction Esanté à tester pour vous 11 marques de culottes de règles. Retrouvez les tests dans notre diaporama.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :