L’oligothérapie : qu’est-ce que ça soigne ?

Déjà depuis l'Antiquité, on utilisait l'argent pour préserver la potabilité de l'eau. Petit à petit, on a découvert les vertus des minéraux dans le maintien d'un bon équilibre de santé. Petite histoire et application de l'oligothérapie de nos jours en automédication. Comment choisir les bons compléments ?
© Adobe Stock

Zinc, cuivre, sélénium, fluor, iode…

Si on a tous forcément déjà entendu parler d’oligo-éléments, on ne sait pas toujours, en revanche, ce que c’est et encore moins, à quoi il servent et comment s’en servir !

Comme l’indique l’étymologie grecque du terme « oligo » qui signifie « petit », ces substances qui font partie de la famille des minéraux, sont présentes en quantité infime dans notre corps de l’ordre de la fraction de gramme jusqu’à quelques milligrammes, pourtant, elles restent fondamentales au bon fonctionnement et à l’équilibre de notre organisme.

Médecine intuitive et ancestrale

Depuis la nuit des temps, par intuition, l’homme a recours à l’oligothérapie pour prendre soin de lui et même se guérir.

Ainsi, les romains utilisaient le soufre pour la désinfection de leur habitation mais aussi pour traiter les affections de la peau, tandis que les égyptiens avaient noté que le zinc accélérait le processus de cicatrisation d’une plaie.

Plus tard, au moyen-âge, le moine Basile Valentin serait parvenu à soigner les goitres de ses patients grâce à l’administration d’éponges marines, véritables réservoirs d’iode. Mais l’histoire de l’oligothérapie commence véritablement au XIXe siècle grâce au français Gabriel Bertrand, chimiste et biologiste. C’est d’ailleurs lui qui crée le terme de « oligo-élément ».

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : "L’oligothérapie : qu’est-ce que ça soigne ?", article du magazine Côté Santé n°83 de janvier 2014