L’obésité fait perdre 8 ans d’espérance de vie

Plus l’excès de poids est important, plus le risque de complications est élevé et plus l’espérance de vie diminue.Selon une modélisation mathématique, l’obésité sévère fait perdre jusqu’à 8 ans d’espérance de vie…
© Istock

L’excès de poids affecte l’espérance de vie

Le surpoids est associé à de nombreuses complications. En effet, les personnes en excès de poids présentent des risques accrus de développer un diabète, une maladie cardiovasculaire et donc d’être victimes d’un accident vasculaire comme l’infarctus ou l’accident vasculaire cérébral, etc. Or ces complications diminuent l’espérance de vie globale du patient. À partir d’une base de données américaine (NHANTES, 2003-2110), des chercheurs ont procédé à une modélisation mathématique. Ils en arrivent à la conclusion suivante :

  • Le surpoids réduit l’espérance de vie de 0 à 3 ans.
  • L’obésité de 1 à 6 ans.
  • L’obésité sévère (IMC supérieur à 30) de 6 à 8 ans.

Cette étude indique également que l’excès pondéral affecte plus sévèrement l’espérance de vie des plus jeunes (20-29 ans).

Plus l’excès de poids est important, plus la durée de vie est écourtée

Selon un rapport de la Commission Européenne et de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), plus de la moitié des Européens sont en surpoids (53% en 2014, contre 16,7% en 2012). En France, 32% de la population est aujourd’hui concernée.

On retiendra que l’espérance de vie diminue progressivement avec l’importance du surpoids.

La bonne nouvelle est que même une diminution de quelques kilos chez une personne obèse contribue à réduire de façon très conséquente les risques de complications. Ça vaut donc toujours le coup de perdre du poids, même un peu !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Grover S. et al., The Lancet Diabetes & Endocrinology, 5 décembre 2014.