Méningite : une petite fille hospitalisée en urgence pour une forme fulminante

© Istock

Une petite fille de cinq ans victime d'une méningite à méningocoques a été hospitalisée en urgence le mardi 29 janvier 2019 et placée en réanimation au CHU de Montpellier. Son entourage, ses camarades de classe et enseignants ont reçu un traitement antibiotique préventif.

PUB

Une petite fille de cinq ans originaire de Gabian dans l'Hérault a été hospitalisée en urgence après avoir présenté tous les symptômes d'une méningite à méningocoques. Après avoir été placée en réanimation au CHU de Montpellier, elle est désormais prise en charge dans le service pédiatrique et récupère bien, a déclaré  Christophe Garro, le responsable de la cellule de veille, d'alerte et de gestion sanitaire à l'Agence régionale de Santé (ARS), sur France 3 Occitanie.

 Taches rouges et violacées sur le corps

La petite fille, prise en charge par le SAMU déclarait tous les symptômes de la méningite à méningocoques. En plus des maux de tête et la fièvre, elle présentait des taches rouges et violacées sur le corps, signe d'un "purpura fulminans", dont les taches peuvent parfois être de grande ampleur sur le corps. Ce symptôme grave et parfois mortel, relève une urgence médicale et nécessite une prise en charge rapide. C'est pourquoi le SAMU avait donc été appelé pour secourir la jeune malade.

PUB
PUB

L'entourage de la petite fille, comprenant ses proches, camarades de classe et enseignants, a préventivement reçu un traitement antibiotique, mais il n'a pas été nécessaire de traiter les lieux fréquentés par la fillette. Christophe Garro explique à France 3 Occitanie  : "Le risque de contamination est faible, en raison de la fragilité du germe dans le milieu extérieur au corps humain. Ce germe, relativement fréquent, se transmet par les voies aériennes." 

"Entre 5 et 10% des malades décèdent dans les 24 à 48 heures"

En Occitanie, on recense chaque année 60 à 70 cas, soit un cas pour 100 000 habitants. La méningite est une maladie plutôt rare, et existe sous 36 formes différentes, virales ou bactériennes. Le délai d'incubation est inférieur à sept jours. Lorsque les premiers symptômes arrivent, il faut agir vite : "Même lorsque la maladie est diagnostiquée très tôt et qu’un traitement approprié est institué, entre 5 et 10 % des malades décèdent, en général dans les 24 à 48 heures qui suivent l’apparition des symptômes", informe l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Méningite à méningocoques : y penser et agir vite

Toutes les dix minutes dans le monde, une personne meurt d'une méningite bactérienne. Parmi les survivants, 6% ont des séquelles précoces et graves. Les nourrissons sont 10 fois plus à risque de contracter une infection invasive à méningocoques que la population générale.

Quels sont les symptômes ? Ils ressemblent à ceux d’une grippe : fièvre, grosse fatigue, pâleur, maux de tête, douleurs articulaires, vomissements. Des symptômes spécifiques apparaissent plus tard : raideur de la nuque et purpura, c’est-à-dire l’apparition de taches rouges sur la peau.

Prévenir la méningite à méningocoques avec la vaccination

Outre la vigilance des parents face à des symptômes susceptibles d’évoquer une méningite, la mesure préventive la plus efficace est la vaccination. La France recommande depuis mi-2009 la vaccination contre le méningocoque C chez les enfants et adolescents âgés d’1 à 24 ans. Quant à la vaccination contre le méningocoque B rendue possible grâce à l’arrivée d’un nouveau vaccin, les recommandations sont pour l’instant limitées aux seules personnes à risques ou aux zones géographiques d’épidémie ou de survenue de "cas groupés".

 

Publié le 05 Février 2019
Auteur(s) : Mathilde Polivka, journaliste santé
Source : -France 3 Occitanie, Gabian : une fillette de 5 ans hospitalisée pour une méningite à méningocoques, 31 janvier 2019
-  l'Organisation Mondiale de la Santé, Méningite à méningocoques, 19 février 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés