Ménage, déplacements, enfants… les sujets de dispute les plus fréquents du confinement

Depuis plusieurs semaines, les Français sont confinés chez eux pour enrayer la pandémie du coronavirus. Cet enfermement n’est pas tendre pour vos nerfs et votre couple. Un sondage Consolab/Ifop révèle les principaux sujets de disputes à la maison.
© Istock

Ecouter l'article :

Passer tout son temps avec son amoureux est une idée sympa sur le papier… mais elle peut rapidement se transformer en véritable enfer. Les Français confinés l’apprennent en ce moment à leurs dépens. Les disputes et les tensions dans le couple sont plus fréquentes depuis le début du confinement. 

Le ménage, principale source des disputes 

Majoritairement, les Français sont confinés dans une maison (63%), et ils ne sont pas trop à l’étroit avec 95,8m² de surface habitable en moyenne. Toutefois, le confinement n’est pas simple pour autant.

1 sondé sur 2 (49%) déclare se disputer plus qu’auparavant avec sa/son conjoint… le sujet de leurs accrochages fréquents : les tâches ménagères et leur répartition au sein du couple. Il faut dire qu’il s’agit déjà d’un motif récurrent de discorde en temps normal. Il est donc prévisible qu’il apparaisse pendant cette période de confinement très anxiogène

Savoir qui va faire à manger, passer le balai ou ranger la chambre cause surtout des problèmes aux jeunes couples. Peu habitués à cohabiter avec leur moitié, près de 4 jeunes de moins de 25 ans sur 10 se disputent à ce sujet. Cela crée aussi des tensions aussi parmi les amoureux sans jardin (37%).

Les enfants créent des tensions

Une fois la question de qui passe l’aspirateur réglée, les couples font face à un autre sujet épineux : les enfants. 

Gérer les petites têtes blondes qui ne vont plus à l’école n’est pas une mince affaire. Les parents affirment se disputer plus qu’à l’accoutumée à propos du temps passé par leurs enfants devant les écrans (34%). Le taux grimpe même à 76% chez les familles qui ne peuvent pas compter sur un espace extérieur. 

Les autres sources de désaccords sont l’éducation des petits (29%) ou encore du temps passé avec eux (27%). 

La gestion des déplacements hors du domicile ou de la nourriture (18%), les activités de loisirs faites ensemble (17%) ou encore le menu des repas (15%) provoquent aussi des disputes entre les partenaires.

4 Français sur 10 sont très stressés

Ces accrochages à répétition ne sont pas très étonnants en cette période de pandémie très angoissante. Le coronavirus met, en effet, nos nerfs à rude épreuve et a de lourdes conséquences sur le moral des Français. Selon le sondage, 41% des personnes interrogées affirment vivre plus de périodes intenses de stress, de nervosité ou d’anxiété qu’avant. Un sondé sur 10 reconnaît vivre plus régulièrement des épisodes de dépression ou de pensées suicidaires. 

Cette anxiété touche surtout les plus pauvres (55%), les familles avec deux enfants (58%), ou encore les personnes vivant dans une maison sans jardin (67%).

Les trucs pour rendre la dispute constructive

Ce n'est pas forcément facile quand on ne supporte plus les habitudes de son partenaire... mais rappelez-vous : les querelles sont inhérentes à la vie en communauté, et d’autant plus en période de confinement. Elles ne remettent pas en question le couple

“Un couple se fonde avec une distribution des rôles et des territoires, mais tout a été bousculé avec ce confinement, et pas par choix. Si bien que monsieur ou madame se sent remis en question dans sa compétence, ou exagérément sollicité, ce qui crée des tensions par mal-être personnel, et non par doute par rapport à l’autre”, a expliqué la sexologue et psychanalyste Catherine Blanc sur Europe 1. 

Lors des tensions, il est ainsi important de parler calmement des points d’agacement, mais également de ses angoisses. La dispute ne doit pas être un prétexte pour évacuer ses peurs. 

Il faut que les deux partenaires s’expriment à tour de rôle, sans interruption et sans accuser l'autre.

Pour éviter l’escalade des conflits, il peut être bon d’essayer de s’isoler pour reprendre son calme, et parler ainsi plus posément plus tard. Si partir faire un tour au parc pour s’aérer l’esprit n’est pas évident, il est possible d’aller dans la chambre quelques minutes, prendre l’air dans le jardin ou le balcon, s’offrir une pause détente en prenant un bain. Si l'enfermement est oppressant, pourquoi ne pas en profiter pour aller faire les courses hebdomadaires (muni de son attestation de sortie et dans le respect des gestes barrières).

Par contre, si les disputes deviennent violentes, il ne faut pas rester au domicile. Des dispositifs ont été mis en place pour protéger les victimes de violences conjugales et familiales.


Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.