La "malbouffe" augmenterait le risque de dépression !

Un risque accru de dépression de près de 50 % avec la « malbouffe », ce n’est pas anodin. C’est pourtant ce qui nous attend quand on est un peu trop «accro» aux frites, aux hamburgers et aux aliments industriels trop gras, en général…

PUB

Trop de « mauvaises graisses »

Ce n’est pas la première fois qu’une étude pointe du doigt l’association entre «malbouffe» et dépression. L’an passé déjà, une étude australienne menée chez plus de 1.000 femmes suivies pendant 10 ans, rapportait que celles qui se nourrissaient «à l’américaine» avaient 50 % de risque en plus de faire une dépression, que celles qui mangeaient équilibré.

Et si la nouvelle étude espagnole, qui trouve des résultats similaires, fait encore plus de bruit, c’est qu’elle a porté sur une population plus importante encore : 12.000 volontaires suivis pendant 6 ans. Lorsque l’étude a débuté, aucun d’entre eux n’était en dépression. Ils étaient 657 à l’être, au terme de l’étude, avec un risque de sévérité d’autant plus grand qu’ils étaient de gros consommateurs de graisses «trans» - des huiles végétales ayant subi un processus industriel de transformation pour les rendre solides - et de graisses saturées (naturellement sous forme solide à température ambiante, comme le gras des viandes). Au contraire, ceux qui mangeaient sainement, en suivant les principes du régime méditerranéen – surtout des légumes, des fruits, du poisson, des céréales complètes, etc. – faisaient partie des mieux protégés contre le risque de dépression.

PUB
PUB

Des graisses mauvaises pour l’humeur… et pour le cœur

On a par ailleurs bien d’autres raisons de se méfier de ces graisses. En effet, elles favorisent l’élévation du taux de mauvais cholestérol : celui qui se dépose sur les parois des artères et contribue à les obstruer, d’où un risque accru d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral. C’est donc suffisant pour en finir avec le modèle alimentaire américain et revenir au bon vieux régime méditerranéen : avec lui, on garde «bon cœur» et toutes nos chances de continuer à voir la vie en rose !

Publié le 27 Janvier 2011 | Mis à jour le 31 Janvier 2011
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Etude espagnole : A.
Voir + de sources
Sanchez-Villegas et al. “Dietary fat intake and the risk of dépression : the SUN project”, PLoS ONE 6(1): e16268, Jan 26, 2011 ; Etude australienne : F.N. Jacka et al. “Association of Western and Traditional Diets With Depression and Anxiety in WomenAmerican”, Journal of Psychiatry, Jan 4, 2010.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés