Les apnées du sommeil multiplient par 5 le risque de maladies cardiovasculaires

© Adobe Stock

Le syndrome d’apnées du sommeil et les maladies cardiovasculaires seraient intimement liés, selon la Fédération Française de Cardiologie.

PUB

80% des personnes qui en souffrent ne sont ni diagnostiquées, ni traitées. Et pourtant, les apnées du sommeil pourraient avoir de lourdes conséquences sur la santé cardio-vasculaire, alerte la Fédération Française de Cardiologie (FFC) dans un communiqué qu’elle publie le 15 janvier 2019.

Hypertension, arythmies et resserrement des artères

Ainsi, la Fédération rapporte que "la prévalence du syndrome d’apnées du sommeil est 1,5 fois plus fréquente chez les personnes souffrant d’une insuffisance cardiaque ou d’une maladie coronaire" et qu’une personne souffrant du syndrome d’apnées du sommeil "a cinq fois plus de risque de développer une maladie coronarienne".Mais comment expliquer ce lien entre les apnées du sommeil et les troubles cardiovasculaires ? Le syndrome d’apnées du sommeil se caractérise par des arrêts répétés et incontrôlés de la respiration pendant le sommeil. Ces arrêts sont dus à des occlusions du conduit du pharynx, elles-mêmes occasionnées par un relâchement des muscles de la gorge et de la langue pendant le sommeil. Et à chaque fois que la respiration s’arrête, le taux d’oxygène présent dans le sang chute ce qui va conduire à des complications cardio-vasculaires. La FFC en compte trois :

PUB
PUB
  • Une hypertension artérielle, qui peut survenir uniquement la nuit au début de la maladie.
  • Des troubles du rythme cardiaque ou arythmies : "bradycardie (ralentissement des battements du cœur durant les moments de sommeil profond) et tachycardie (accélération durant les périodes d’apnée et de micro-réveil)". De même, "les apnées répétées et quotidiennes vont induire une surpression thoracique ayant des conséquences sur les cavités du cœur qui vont se dilater, avec à terme la survenue d’une insuffisance cardiaque" note la FFC.
  • Un resserrement des artères (ou vasoconstriction) provoqué par les chutes du taux d’oxygène dans le sang. "Chez les patients dont les artères coronaires sont déjà malades, ces épisodes de vasoconstriction peuvent provoquer une rupture de plaques d’athérome, favoriser la formation d’un caillot et provoquer un infarctus du myocarde" observe la FFC.

Huit critères de diagnostic

Le diagnostic et la prise en charge du syndrome d’apnées du sommeil permettrait donc de mieux prévenir les maladies cardio-vasculaires. Huit critères sont pris en compte pour dépister ce syndrome :

  1. Des ronflements importants
  2. Une asthénie ou somnolence pendant la journée
  3. Des apnées durant le sommeil
  4. Une hypertension artérielle
  5. Un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 35
  6. Un âge supérieur à 50 ans
  7. Un tour de cou supérieur à 40 centimètres
  8. Le fait d’être un homme.

"Une exploration plus approfondie est fortement recommandée si trois critères sur huit sont positifs" selon la FFC.

Les femmes plus à risque cardiovasculaire que les hommes

Même si les hommes sont plus sujets aux apnées du sommeil que les femmes, ces dernières sont plus touchées par les maladies cardiovasculaires liées à ce syndrome. Ainsi, "lorsque les femmes souffrent d’un syndrome d’apnées du sommeil modéré à sévère, elles présentent 30 % de risque en plus de développer une maladie cardio-vasculaire" avertit la FFC, qui rappelle par ailleurs que deux périodes sont particulièrement dangereuses pour la santé cardiovasculaire des femmes : la grossesse et la ménopause.

Publié le 18 Janvier 2019
Auteur(s) : Laurène Levy, journaliste santé
Source : L’apnée du sommeil augmente significativement les risques cardio-vasculaires, Communiqué de la Fédération Française de Cardiologie, 15 janvier 2019 
PUB
PUB

Contenus sponsorisés