Intuition : faut-il écouter sa petite voix intérieure ?

© Istock

Vous êtes dans une situation un peu compliquée et vous avez une décision à prendre. Vous réfléchissez donc, et vous pensez connaître la bonne décision logique à prendre. Oui mais…

Votre petite voix intérieure vous prévient que cette décision ne lui fait pas plaisir et elle vous incite à en choisir une autre, malgré la logique de votre premier choix.

Qui faut-il écouter ?
Votre voix intérieure intuitive ou bien votre raison ?

Publicité

L’intelligence émotionnelle, ça compte

On sait que réfléchir uniquement avec la raison amène à faire des choix erronés. En effet, vos émotions, même si elles ne vous semblent pas aussi raisonnables que votre esprit logique, ont tendance à intégrer des facteurs difficiles à comptabiliser et à comparer.

Vous souhaitez par exemple vous associer avec quelqu’un. Tout semble aller comme sur des roulettes. Et pourtant, votre petite voix intérieure vous souffle qu’elle ne fait pas confiance à cet associé potentiel. Elle vous donne un mauvais pressentiment. Peut-être a-t-elle raison ! Cette personne n’est peut-être pas fiable, pas aussi honnête qu’elle le paraît et votre intuition peut le percevoir.

Publicité
Publicité

Alors, franchement, ce serait une énorme erreur de ne pas écouter cette petite voix intérieure et de ne pas en tenir compte… Cela ne signifie pas forcément renoncer illico à votre association, mais peut-être prendre un peu plus de temps, rechercher plus d’informations sur ce possible associé par exemple.

Votre voix intérieure a capté le langage non verbal

Si cette voix intérieure vous parle, c’est qu’elle réagit à des signaux qu’elle a détectés.

Des signaux qui ne vous ont souvent pas sauté aux yeux. Il peut s’agir de langage non verbal, des mimiques d’une personne, de sa posture, du son de sa voix, de sa tonalité ou de ses inflexions… Il peut aussi s’agir d’une ambiance que vous percevez entre différentes personnes, de tensions ou de ressentiment... Ou au contraire, les témoins d’une certaine harmonie.

À partir du moment où vous avez conscience que cette voix intérieure n’est pas la voix du n’importe quoi, mais qu’elle est porteuse d’un sens vous restant parfois caché, il est indispensable de la prendre en considération.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Janvier 2014 : 00h00
Source : Daniel Goleman. L’intelligence émotionnelle. Éditions J’ai lu.