Insuffisance cardiaque : quatre signes méconnus qui doivent vous alerter

© Adobe Stock

Elle touche 1,5 million de Français et cause un décès toutes les sept minutes. Pourtant, l’insuffisance cardiaque est méconnue et ses symptômes sont souvent négligés. Apprenez à les reconnaître pour une prise en charge plus efficace.

PUB

EPOF, quèsaco ? Si ce sigle ne vous évoque rien, les symptômes qui se cachent derrière ces lettres ne vous parlent probablement pas non plus. Dans un communiqué daté du 5 septembre 2018, le Groupe Insuffisance Cardiaque et Cardiomyopathies (GICC) de la Société Française de Cardiologie (SFC) présente les résultats de ses deux dernières études portant sur l’insuffisance cardiaque, un état pathologique indiquant que la pompe cardiaque n’est plus capable d’assurer un débit suffisant pour satisfaire les besoins de l’organisme. Selon le GICC, cette maladie du cœur qui affecte 1,5 million de personnes en France et qui cause 70 000 morts par an – soit un décès toutes les sept minutes – dans notre pays est largement méconnue de la population.

PUB
PUB

EPOF : 4 symptômes qui doivent pousser à consulter

Pour mener ces travaux, le GICC a interrogé 5000 Français sur l’insuffisance cardiaque et a épluché les parcours de soins des patients hospitalisés. Résultat : "les symptômes de l’insuffisance cardiaque ne sont pas reconnus par le grand public comme ceux d’une maladie cardiaque" ce qui entraîne un retard de prise en charge et une perte de chance pour les patients, s’alarme le GICC.

Les symptômes de l’insuffisance cardiaque sont rassemblés sous le sigle EPOF :

Toute personne qui constate l’arrivée de l’un ou plusieurs de ces symptômes doit consulter un médecin.

De nombreuses vies pourraient être sauvées

Selon l’étude menée par le GICC, seule "la douleur à la poitrine" est identifiée majoritairement comme une alerte à une maladie cardiovasculaire, alors que l’insuffisance cardiaque ne se manifeste pas de cette façon. De même, l’essoufflement n’est relié à une maladie cardiaque que par 44% des personnes interrogées par le GICC et la fatigue sans raison par moins de 25% des interrogés. Pire, "les œdèmes et la prise de poids, qui sont des signes cliniques fondamentaux de l’insuffisance cardiaque, ne seraient reliés à l’insuffisance cardiaque que par 6% des Français", s’alarme le GICC.

Conséquence de cette méconnaissance : les symptômes sont ignorés et l’état de santé s’empire avant la prise en charge médicale. : "Il est urgent de mieux informer le grand public sur les symptômes de l’insuffisance cardiaque afin de favoriser le diagnostic et une prise en charge rapide par des traitements, dont l'efficacité est démontrée. De nombreuses vies seraient ainsi sauvées et des coûts importants liés à des hospitalisations inutiles pourraient être évités" souligne le docteur Florence Beauvais, cardiologue à l’hôpital Lariboisière-Saint Louis à Paris et Secrétaire du GICC, citée dans le communiqué de ce groupe. Des médicaments tels que des diurétiques et des bêta-bloquants, accompagnée de la pratique régulière d'une activité physique et de la mise en place d'un régime pauvre en sel  (ou hyposodé) se montrent en effet efficaces pour lutter contre l'insuffisance cardiaque.

Publié par Laurène Levy, journaliste santé le Jeudi 06 Septembre 2018 : 11h03
Source : - Dossier de presse du Groupe Insuffisance Cardiaque et Cardiomyopathies (GICC) de la Société Française de Cardiologie (SFC) - 5 septembre 2018
- L'insuffisance cardiaque, site de la Fédération Française de Cardiologie (FFC). Page consultée le 6 septembre 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés