Hyperthyroïdie : définition et symptômes

Publié le 08 Décembre 2018 par La Rédaction E-Santé
Lorsque la glande thyroïde, située à l’avant du cou, produit trop d’hormones, cela s’appelle une hyperthyroïdie. Cette maladie de la thyroïde est aujourd’hui devenue fréquente dans notre société. Mais savez-vous, en cas d’hyperthyroïdie, quels symptômes doivent retenir votre attention ? Par ailleurs, une hyperthyroïdie entraîne-t-elle des douleurs ?
PUB
© Istock

Hyperthyroïdie : définition

L’hyperthyroïdie est une pathologie qui touche environ 2 % de la population et elle est de 5 à 10 fois plus fréquente chez les femmes. C’est une maladie dans laquelle la glande thyroïde produit trop d’hormones. Or, les hormones thyroïdiennes que sont la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4) jouent des rôles essentiels dans le bon fonctionnement de l’organisme. Entre autres, elles régulent le métabolisme cellulaire et la température corporelle, elles interviennent sur l’humeur, elles participent à la régulation du rythme cardiaque et à la croissance chez l’enfant.

Hyperthyroïdie : symptômes

En raison du grand nombre de fonctions qu’assurent les hormones thyroïdiennes, un dérèglement de leur production entraîne toute une variété de symptômes, tous correspondant à une surstimulation de l’organisme. Ainsi, en cas d’hyperthyroïdie, on peut éprouver : - une tachycardie (plus de 100 battements cardiaques par minute) et des palpitations cardiaques ; - une transpiration excessive et des bouffées de chaleur avec une difficulté à supporter la chaleur ; - une accélération de la digestion avec l’émission de plusieurs selles chaque jour ; - des tremblements ; - des insomnies ; - des sautes d’humeur, de l’anxiété et de la nervosité ; - une diminution de la fréquence et de l’abondance des règles ; - des troubles de l’état général (fatigue constante, faiblesse musculaire, perte de poids rapide, etc.). À noter que dans la maladie de Basedow, une forme particulière d’hyperthyroïdie, on retrouve également un gonflement de la thyroïde ce qui forme un goitre au niveau du cou et engendre des œdèmes aux membres inférieurs ainsi que des troubles oculaires. Toutefois, il n’est pas rare que l’hyperthyroïdie soit légère et qu’elle n’entraîne pas de symptômes notables. Cette hyperthyroïdie asymptomatique est surtout retrouvée chez les plus de 60 ans.

PUB
PUB

Traitement de l’hyperthyroïdie

Comme on l’a vu, l’hyperthyroïdie ne se traduit pas par des douleurs. L’essentiel de la prise en charge consiste donc à prendre en charge le reste des symptômes et à éviter les complications. Plusieurs options sont envisageables en fonction de la situation. Chez les personnes qui ont une hyperthyroïdie avérée, l’endocrinologue peut soit donner des médicaments destinés à bloquer la synthèse des hormones thyroïdiennes (traitement étalé sur 18 mois), soit retirer chirurgicalement la thyroïde. Il est aussi possible de procéder à un traitement par iode radioactif qui va progressivement détruire des cellules thyroïdiennes et donc freiner la production hormonale. En revanche, chez les patients ne présentant pas de symptômes, le traitement n’est pas indispensable. Il n’est recommandé qu’en cas de troubles cardiaques.

La rédaction vous recommande sur Amazon :