Eau du robinet

Ce n'est pas son nom officiel. Mais nul ne va se chercher un verre d'"eau de distribution publique" quand il a soif. C'est pourtant ainsi qu'elle se nomme. Très réglementée, disponible à chaque instant, l'eau du robinet est étroitement surveillée et sûre... à quelques exceptions près.
Publicité

D'où vient l'eau de distribution publique ?

60 % de l'eau du robinet proviennent des eaux souterraines qui s'accumulent dans des réservoirs naturels aquifères. Leur captage s'effectue parfois à partir d'une source mais le plus souvent par des forages (jusqu'à 700 m de profondeur). 40 % eau du robinet viennent des eaux de surface : fleuves, rivières, lacs. D'où qu'elles viennent, toutes ces eaux sont nettoyées et traitées. Les eaux de surface passent d'abord dans des grilles pour éliminer les plus gros objets, puis dans des tamis fins. Elles restent dans un bassin de décantation où les plus lourds déchets se déposent au fond. Puis elles sont filtrées. Enfin, elles sont traitées pour être totalement assainies. Différents traitements sont appliqués : chlore, ozone, échange d'ions, neutralisation, acidification afin que cette eau soit potable.

L'eau du robinet : obligatoirement potable

L'eau du robinet doit être avant tout potable. C'est-à-dire répondre aux critères suivants :

  • être claire et transparente, sans aucune coloration.
  • être parfaitement limpide : sans éléments en suspension.
  • être sans saveur ou odeur désagréable. Mais parfois, elle peut avoir un goût de chlore, provenant du traitement. C'est désagréable mais sans danger.
  • être sans aucun germe (microbes ou bactéries).
  • ne pas dépasser une concentration maximale, très précisément fixée, en certains produits chimiques. Ces substances dites "indésirables" ou "toxiques" sont recherchées à l'état de trace (millionième de gramme par litre). Leur présence est tolérée tant qu'elle reste inférieure à un certain seuil.
  • avoir une minéralisation inférieure à 2 g par litreLes mairies et les compagnies qui fournissent l'eau du robinet sont tenues d'en communiquer la composition exacte.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 28 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 30 Juillet 2008 : 02h00
PUB
PUB