Douleurs dentaires : 4 trucs à ne surtout pas faire vous-même si le dentiste ne répond pas

Le mal de dents… Voilà une douleur qui peut rapidement devenir insoutenable. Elle laisse souvent peu de répit. Et sans accès à un dentiste pour cause de confinement, on peut être amené à utiliser des méthodes potentiellement dangereuses pour tenter de la soulager. Quels sont ces gestes déconseillés ? Et quels sont ceux qui peuvent nous permettre de patienter jusqu’au rendez-vous ?
Douleurs dentaires : 4 trucs a ne surtout pas faire vous-meme si le dentiste ne repond pas

Nos déplacements sont fortement entravés avec le confinement mis en place pour lutter contre l’épidémie de COVID-19. Malheureusement, les maux de dent ne se mettent pas en pause pendant cette période difficile. Comment se soigner quand se rendre chez son dentiste est si compliqué ? 

Coronavirus : les urgences dentaires sont prises en charge

Les Français doivent rester chez eux afin d’enrayer l’avancée du nouveau coronavirus. Mais, ils ne sont pas contraints de souffrir en silence pour autant, s’ils ont mal aux dents. Le Dr Edmond Binhas, chirurgien-dentiste et président du groupement Dentéon Santé, explique “La France a mis en place un système d’urgence pour que les patients qui doivent être traités pour des urgences graves puissent recevoir les soins nécessaires”.

Pour bénéficier de ce service, il faut :

  • Joindre son chirurgien-dentiste traitant “Ce dernier peut proposer une téléconsultation et résoudre certaines situations à distance en envoyant une ordonnance par exemple”, ajoute l’expert.
  • Selon le degré d’urgence, il contactera le centre de régulation pour que ce dernier vous fixe un rendez-vous avec le praticien de garde. 

S’il est injoignable, le Conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes a mis en place un numéro national unique : 09 705 00 205. Cette ligne permet la régulation des urgences, et uniquement des urgences.

Quand un soin dentaire devient urgent ? 

La première étape, lorsque nos quenottes nous font souffrir, est d’identifier la douleur : est-elle spontanée ? Si oui, est-elle intermittente ou permanente ? Ou alors est-elle déclenchée dans des situations précises (le froid, la pression, le chaud…). Il faut aussi évaluer l'intensité du mal :

  • De 1 à 3 : cette douleur peu intense ne nécessite pas de prise en charge immédiate. Le Dr Edmond Binhas conseille “prenez du paracétamol pendant 48h et si la douleur persiste, il faut contacter son dentiste”.
  • De 4 à 7 : il est conseillé d’appeler également.
  • De 8 à 10 : elle demande une prise en charge “Attention, à ne pas exagérer. Les déplacements inutiles sont des facteurs de transmission du virus”, met en garde notre praticien. 

5 situations où il ne faut pas atteindre

  • Le gonflement visible du visage (joue, sous le visage, sous le menton). Le dentiste précise “C’est le signe d’une infection latente”. 
  • L’impossibilité d’ouvrir la bouche. “Il s’agit d’un trismus (contraction constante et involontaire des muscles de la mâchoire NDLR) souvent dû à une poussée des dents de sagesse. Il ne faut pas paniquer et appeler directement son praticien” rassure le praticien.
  • La fracture douloureuse d’une dent suite à un choc (coup ou chute). “Si la dent est expulsée, il faut la rincer à l’eau et la conserver dans du lait UHT. Contacter immédiatement son praticien ou le centre d’urgence. N’essayez pas de remettre la dent”. En effet, la dent étant une matière vivante, le lait peut la conserver jusqu’à ce que le dentiste la refixe.
  • Un saignement abondant et inhabituel, surtout s’il fait suite à une intervention dentaire. “Si le saignement est très abondant cela nécessite de prendre rendez-vous en urgence. Identifiez l’emplacement du saignement, faites un bain de bouche et prenez une compresse de gaze que vous roulez pour la placer sur la zone qui saigne. Serrez fortement pendant 15 min au minimum et prenez immédiatement contact avec votre praticien” prévient notre expert.

Par contre, si ces saignements sont inquiétants, ceux qui existent depuis longtemps ou au brossage ne sont pas des urgences à traiter immédiatement. Tout comme, la couronne descellée, la dent ébréchée non-douloureuse, un appareil qui tient mal ou encore un amalgame parti

Comment diminuer la douleur en attendant un rendez-vous ? 

Mais ce n’est parce que la pathologie n’est pas urgente, que la douleur n’est pas présente. Pour la soulager en attendant son rendez-vous, il est possible de prendre du paracétamol ou utiliser des médicaments en vente libre en pharmacie comme CAVIFIX, CIMADENT ou DENTINETTE.

“Mais ces gestes de confort ne peuvent pas durer. La fin du confinement sera l’occasion de reprendre rendez-vous avec votre chirurgien-dentiste et vous faire soigner”.

Et malgré la douleur, il ne faut surtout pas tenter de se soigner seul. Certains de ces gestes désespérés - présenter dans notre diaporama - peuvent provoquer bien plus de dégât encore !

S’arracher une dent soi-même

1/4
Douleurs dentaires : 4 trucs à ne surtout pas faire vous-même si le dentiste ne répond pas

S’arracher une dent tout seul, l’idée paraît folle. Et pourtant, les dentistes britanniques de la British Dental Association rapportent avoir eu plusieurs appels de patients désespérés qui avaient tenté de le faire.

Le Dr Edmond Binhas, chirurgien dentiste et président du groupement Dentéon Santé, précise “il est quasi impossible de s’extraire une dent seul, sauf si la dent est très mobile”.

Les personnes qui essaieraient de le faire avec une pince, font face à plusieurs complications : des infections, des problèmes au niveau de la gencive, une hémorragie difficilement maîtrisable seul, ou encore une fracture de la racine.

“Les racines laissées à l’intérieur de la mâchoire pourraient devenir très douloureuses et une infection là aussi pourra se développera”.

Il est donc totalement déconseillé d’essayer de retirer une dent soi-même que cela soit la sienne ou celle d’un proche.

Tripoter ses dents avec un petit objet

2/4
Douleurs dentaires : 4 trucs à ne surtout pas faire vous-même si le dentiste ne répond pas

En cette période de confinement où les déplacements sont restreints pour éviter la propagation de l’épidémie, il est tentant de vouloir se soulager seul.

Toutefois, il est déconseillé de tenter de “tripoter” ses dents avec un petit objet : cure-dent, couteau, ticket de métro…

“Cela va à l’encontre du bénéfice et pourrait entraîner une prolifération des bactéries et donc créer une infection” explique notre expert.

Mettre de l’alcool à l’endroit douloureux

3/4
Douleurs dentaires : 4 trucs à ne surtout pas faire vous-même si le dentiste ne répond pas

Les effets désinfectants sont souvent mis en avant… mais dans le cas d’un mal de dent, ils sont totalement inefficaces. “L’idée est à bannir car cela va enflammer la zone touchée. Il ne faut faire aucun geste sans avoir demandé l’avis par téléconsultation à son praticien”, prévient le chirurgien-dentiste.

Faire de l’automédication

4/4
Douleurs dentaires : 4 trucs à ne surtout pas faire vous-même si le dentiste ne répond pas

En premier lieu, il est fortement déconseillé en cette période de pandémie de coronavirus de prendre de l’ibuprofène. Selon les données actuelles, la prise de cet anti-inflammatoire est un facteur d'aggravation de l'infection chez les personnes atteintes du COVID-19.

“En cas de douleur, vous pouvez prendre du paracétamol pendant 48h (Doliprane, Efferalgan). Il n’est généralement pas recommandé de dépasser 3 grammes de paracétamol par jour (soit 3 gélules par jour). Cependant, si vous avez des douleurs plus intenses, et uniquement sur les conseils de votre médecin, la dose totale peut être augmentée jusqu’à 4 grammes de paracétamol par jour (soit 4 gélules par jour)”.

Ne prenez pas non plus d’antibiotiques sans ordonnance médicale et éviter l’automédication. “Grâce à la téléconsultation, le praticien pourra vous prescrire selon le diagnostic une ordonnance d’antibiotiques en rapport avec l’infection à traiter”, assure notre expert.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci au Dr Edmond Binhas, chirurgien dentiste et président du groupement Dentéon Santé.