Déprime passagère ? Le Millepertuis fait mieux que les antidépresseurs !

Le millepertuis est une plante indiquée dans les formes légères de la dépression. Son efficacité est similaire à celle des antidépresseurs, sans les inconvénients. Mais même si cette plante est disponible sans ordonnance, l'encadrement médical est indispensable.
Publicité

Un Français sur sept atteint de dépression

En France, on estime que plus d'une personne sur sept est déprimée et l'incidence annuelle d'épisodes dépressifs frôle les 10% de la population générale. La dépression est actuellement considérée comme la deuxième cause de handicap. Cette maladie est de plus en plus fréquente, mais plus de 30% des patients ne consultent pas.

Si la dépression se soigne classiquement à l'aide d'antidépresseurs, il faut savoir que le millepertuis représente une alternative efficace en cas de manifestations dépressives légères et transitoires.

Le principe actif (l'hyperforine) de cette plante, également dénommée herbe de la Saint-Jean, a été identifié et son indication figure depuis 2002 dans les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), dans le cadre de la prise en charge d'un passage dépressif isolé de l'adulte.

Publicité
Publicité

Efficacité du millepertuis similaire à celle des antidépresseurs

Plusieurs études témoignent d'une très bonne efficacité par rapport à un placebo et d'une excellente tolérance.

Certaines démontrent même que le millepertuis présente une efficacité similaire à celle des antidépresseurs.

Ainsi, par exemple, l'analyse de 22 études montre que 40 à 72% des patients tirent un bénéfice du traitement par antidépresseurs, contre 43 à 76% des patients traités par le millepertuis.

Un autre essai comparant le millepertuis à un antidépresseur chez 500 patients confirme une efficacité comparable, y compris après 6 semaines de traitement (l'action des antidépresseurs débute classiquement après trois semaines de traitement).

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Mars 2006 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 07 Janvier 2015 : 16h49
Source : Le Quotidien du Médecin, 3 mars 2006.