AIT : vivre après une attaque cérébrale

L'accident ischémique transitoire (AIT), ou attaque cérébrale, est un mini-accident vasculaire cérébral (AVC). L'important, après ce type d'accident est de mettre en place des mesures préventives pour éviter la récidive et la survenue d'un véritable accident vasculaire cérébral, voire d'un infarctus du myocarde. Quelles sont les mesures à prendre au quotidien ?

Publicité

Accident ischémique transitoire ou mini-AVC

L'accident ischémique transitoire (AIT), ou attaque cérébrale, est dû à une obstruction transitoire d'une artère cérébrale par un caillot sanguin, qui dure en général moins d'une heure. Mais très souvent, cet accident est un signe avant-coureur d'un véritable accident vasculaire cérébral (AVC) qui, lui, se traduit par une interruption prolongée de la circulation sanguine responsable d'une destruction irréversible de neurones. Autrement dit, l'AIT est un mini-AVC qui nécessite une prise en charge urgente afin de prévenir un AVC ultérieur, d'où l'intérêt de mettre en place immédiatement après le traitement d'urgence des mesures préventives de récidives et d'AVC. A noter également que l'AIT augmente aussi le risque ultérieur d'infarctus du myocarde.

Publicité
Publicité

Quels sont les signes d'un AIT ?

Toutes sortes de symptômes peuvent être ressentis, en fonction de l'artère occluse et de la zone du cerveau atteinte : engourdissement, diminution de la sensibilité, faiblesse voire paralysie d'un bras, d'une jambe, cécité d'un seul Œil, etc.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 02 Mars 2009 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 15 Octobre 2010 : 15h19
Source : Recommandations de la Haute autorité de santé, mars 2008.