Alzheimer : manger gras pendant la grossesse protège votre enfant

Selon une nouvelle étude, les futures mamans pourraient prévenir la survenue d’Alzheimer chez leur progéniture. Il suffirait pour y parvenir, d’avoir une alimentation riche en matières grasses durant la grossesse.

Si manger gras n’est généralement pas conseillé pour être en bonne santé, les futures mamans semblent faire exception à la règle. C’est la théorie de chercheurs américains, auteurs d’une nouvelle étude. Selon ces derniers, avoir une alimentation riche en matières grasses pendant la grossesse pourrait protéger le futur enfant de la maladie d’Alzheimer.

"Chez l’être humain, les personnes dont la mère développe la maladie d’Alzheimer courent un risque accru de développer également la pathologie. Or, jusqu’alors, aucun gène responsable d’une supposée transmission maternelle n’a pu être identifié", exprime le Dr Domenico Pratico de la Temple University (USA), l’un des chercheurs. C’est ainsi que ce médecin et son équipe en sont arrivés à s’intéresser à l’alimentation durant la gestation.

"Le mode de vie et la nutrition peuvent directement moduler la susceptibilité à la maladie d’Alzheimer, explique les auteurs de la recherche. Nous avons étudié ici si un régime alimentaire riche en matières grasses avait une incidence sur le risque de la progéniture à développer cette maladie plus tard dans sa vie".

De meilleures facultés d’apprentissage et de mémoire

Les tests ont été menés sur des souris. Les scientifiques ont administré un régime riche en graisses, du début à la fin de leur gestation. Puis, elles ont été nourries de manière plus saine lors de période de lactation. Les résultats sont formels : ces petites souris présentaient de meilleures compétences d’apprentissage et de mémoire que les autres.

Concrètement, ces souris présentaient un niveau d'amyloïdes bêta plus faible. Cette protéine est connue pour contribuer au dysfonctionnement des cellules nerveuses.

En outre, les chercheurs suggèrent également qu’un régime riche en matières grasses augmente l’activité d’une protéine qui a pour rôle de désactiver trois gènes impliqués dans la survenue d’Alzheimer. Désormais, l’équipe de scientifiques envisagent de mener d’autres recherches plus précises sur les régimes et leur incidence sur cette maladie dégénérative. Ils évoquent notamment les régimes riches en sucre, en protéines ou encore le régime méditerranéen, dont les vertus en termes de santé ne sont plus à prouver.

Une chose leur semble certaine : la prévention de la maladie d’Alzheimer doit être envisagée à un stade très précoce de la vie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.