Pertes de sang ou de liquide amniotique, douleur, fièvre, certains signes doivent pousser à consulter durant la grossesse. Le point avec Isabelle Derrendinger, secrétaire générale du Conseil national de l'Ordre des sages-femmes.
© Istock

Saignements : quand s'inquiéter ?

La grossesse est souvent une période pleine d’inquiétude. L’apparition de multiples petits symptômes inquiète souvent. Faut-il se rendre aux urgences ou attendre que cela passe ? Face au dilemme, les femmes sont souvent perdues et redoutent de consulter pour "rien".

"Généralement, tout se déroule bien au cours d’une grossesse chez une femme en pleine santé. Mais, certains signes méritent une consultation rapide", recommande Isabelle Derrendinger, secrétaire générale du Conseil national de l'Ordre des sages-femmes et directrice de l’Ecole de sages-femmes du CHU de Nantes.

Parmi les motifs fréquents de consultation, les saignements arrivent en première place. Ils peuvent apparaitre à tous les trimestres de la grossesse. Les pertes peuvent être plus ou moins abondantes, allant de la trace dans la culotte à des quantités plus importantes imprégnant une serviette hygiénique. Souvent, le sang est légèrement marron sans que cette couleur représente un caractère péjoratif car elle résulte de l’oxydation du fer qu’il contient.

Dans tous les cas, la persistance ou le volume des saignements doit conduire à consulter. "Dans la majorité des cas, ce saignement n’est pas un signe de gravité. Pendant la grossesse, le col de l’utérus est très vascularisé, donc sensible. Ainsi, il est possible de saigner après un examen gynécologique ou un rapport sexuel", détaille Isabelle Derrendinger. Avant d’ajouter : "C’est d’ailleurs ce même mécanisme de vascularisation des muqueuses qui favorise également les saignements de nez ou de gencives plus fréquents chez la femme enceinte".

Dans certains contextes plus graves, les pertes de sang peuvent être le signe d’un arrêt de la grossesse, d’une grossesse extra-utérine ou d’un placenta bas inséré.

Vidéo : Grossesse ectopique

Source : Interview d'Isabelle Derrendinger, secrétaire générale du Conseil national de l'Ordre des sages-femmes et directrice de l’Ecole de sages-femmes du CHU de Nantes.
La rédaction vous recommande sur Amazon :