Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

Une nouvelle étude de l’université de Californie du sud (USC) révèle que les Tsimanes et les Mosetén, deux peuples indigènes de la partie bolivienne de la forêt amazonienne, présentent les plus faibles taux de démence au monde. Les chercheurs ont fait le point sur les habitudes qui pourraient protéger ces populations de la maladie d’Alzheimer.
Alzheimer : 6 habitudes a piquer a ces indigenes qui echappent a la demence

Selon la fondation Vaincre Alzheimer, environ 1 million de personnes seraient touchées par la maladie d’Alzheimer en France. Cela représente 8% des plus de 65 ans. "D’ici 2050, le nombre de personnes touchées par une maladie neurocognitive devrait atteindre plus de 1 800 000 cas. Cela représenterait donc 9,6% des plus de 65 ans et 6,2% de la population active", précise l’organisation sur son site Internet. 

Les chercheurs de l’université de Californie du sud (USC) ont ainsi été stupéfaits en découvrant que parmi les personnes âgées tsimanes et moseténs, deux groupes indigènes de la forêt amazonienne bolivienne, seulement 1 % souffrait de démence. Ils ont tenté de comprendre comment ces peuples parvenaient à échapper à la maladie neurodégénérative qui fait tant de victimes dans le reste du monde.

Seulement 1% des Tsimanes et des Mosetén souffrent de démence

"Quelque chose dans le mode de vie de subsistance préindustriel semble protéger les Tsimanes et les Moseténs âgés de la démence", a expliqué Margaret Gatz, auteure principale de l'étude et professeur de psychologie, de gérontologie et de médecine préventive au Centre de recherche économique et sociale de l'USC Dornsife College of Letters, Arts and Sciences.

Les chercheurs ont fait passer différents tests et examens aux individus de plus de 60 de ces deux peuples. Sur 435 Tsimanes de plus de 60 ans, seulement cinq personnes étaient touchées par la démence. Chez les Mosetén, ils ont diagnostiqué un seul cas sur 169 participants. Cela représente seulement 1% de malades. Pour les scientifiques dont les travaux ont été publiés dans le Journal of the Alzheimer's Association, le mode de vie des Tsimanes et des Mosetén pourrait expliquer cette résistance à la maladie d’Alzheimer.


"Nous sommes dans une course pour trouver des solutions à la prévalence croissante de la maladie d'Alzheimer et des démences associées", a ajouté Hillard Kaplan, co-auteur de l'étude et professeur d'économie de la santé et d'anthropologie à l'Université Chapman. "L'examen de ces diverses populations augmente et accélère notre compréhension de ces maladies et génère de nouvelles connaissances".

L’équipe scientifique internationale a identifié 6 raisons possibles. E-santé les passe en revue en images.

Ils sont très actifs grâce à la chasse, la pêche et la culture

1/6
Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

Entre la pêche, la chasse et la culture de leurs terres, les Tsimanes et les Mosetén sont très actifs au quotidien. Or avoir une activité physique régulière réduit les risques d'avoir la maladie d'Alzheimer. 

En effet, l’exercice physique intense (30 min par jour) est connu pour stimuler la formation de nouveaux neurones.

Ils mangent beaucoup de légumes et…

2/6
Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

Ces peuples de la forêt amazonienne bolivienne mangent beaucoup de légumes. Riches en antioxydants, ils aident à lutter contre les radicaux libres toxiques pour les neurones.

…de fruits.

3/6
Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

Ils consomment aussi beaucoup de fruits également riches en vitamines et antioxydants qui protègent contre le déclin cognitif.

Ils consomment beaucoup de poissons

4/6
Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

L'alimentation de ces peuples d'Amérique du Sud repose principalement sur le poisson. Or, les produits de la mer sont riches en oméga 3, élément dont le cerveau a besoin pour son bon fonctionnement.

Il n’y a que des viandes saines dans leur assiette

5/6
Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

Les indigènes ne mangent que les viandes qu'ils ont eux-mêmes chassées. Ils n'ont pas accès à des viandes et produits transformés, soupçonnés de favoriser la maladie d'Alzheimer.

Ils échappent à la pollution atmosphérique

6/6
Alzheimer : 6 habitudes à piquer à ces indigènes qui échappent à la démence

Les Tsimanes et les Mosetén sont moins exposés à la pollution industrielle que les populations occidentales, surtout celles vivant en ville. Or la pollution serait néfaste pour les neurones selon des études.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : https://news.usc.edu/197541/some-of-the-worlds-lowest-dementia-rates-are-found-in-amazonian-indigenous-groups/
https://alz-journals.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/alz.12626