Sevrage tabagique : prêt, partez !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 31/12/2003 - 01h00
-A +A

AVANT UNE INTERVENTION CHIRURGICALE

Près d'un tiers des personnes opérées sont des fumeurs. Or le tabagisme est un facteur de risque important de complications opératoires et post-opératoires : les fumeurs présentent une augmentation de la fréquence des complications respiratoires, cardiovasculaires et infectieuses. Les problèmes de cicatrisation et les admissions en unités de soins intensifs sont également plus élevés chez les fumeurs après une intervention chirurgicale. Il est possible de réduire ces complications en arrêtant tout tabagisme, ou au moins en le réduisant, quelques semaines avant l'intervention.

LA PRISE DE POIDS

Au cours du sevrage, une augmentation de l'appétit peut survenir et s'accompagner d'une prise de poids moyenne de 2 à 4kg. Mais il faut relativiser son importance. En effet, le poids moyen des fumeurs est plus faible que celui des non-fumeurs. A distance de l'arrêt, le poids moyen des fumeurs rejoint celui des non-fumeurs. Les kilos supplémentaires peuvent être limités en augmentant l'activité physique. Par ailleurs, sachez que les traitements d'aide à l'arrêt retardent leur apparition. Vous avez ainsi le temps de mettre en pratique votre nouvelle hygiène de vie, comprenant notamment une pratique sportive régulière et une alimentation équilibrée.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 31/12/2003 - 01h00 Recommandations de bonne pratique, " Les stratégies thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses de l'aide à l'arrêt du tabac ", Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (*), mai 2003.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB