Schizophrénie : dépistée tôt, elle se guérit !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 26 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Lundi 08 Octobre 2012 : 15h28
-A +A
La schizophrénie, cette psychose de la fin de l'adolescence, reste méconnue. Cependant, elle peut être guérie, notamment grâce aux progrès des nouveaux médicaments, mais à condition d'être dépistée tôt.

La schizophrénie, une psychose de l'adolescent ou du jeune adulte

La schizophrénie, qui touche un à deux garçons ou filles sur 10.000 chaque année, perturbe fortement les relations avec l'entourage.

Hélas, le diagnostic, difficile à établir, est souvent trop tardif. D'une part, les débuts de cette maladie sont insidieux, d'autre part le patient tend à dénier ses troubles.

Pourtant, reconnaître les signes précédant de plusieurs années l'apparition du premier épisode psychotique, permettrait de soigner ces patients.

En effet, nous disposons actuellement de médicaments antipsychotiques, entre autres, capables d'orienter l'évolution de cette maladie, à la seule condition de démarrer une prise en charge le plus tôt possible.

Schizophrénie : les symptômes à repérer

Afin de faciliter le dépistage de la schizophrénie, voici une liste des symptômes à repérer au plus vite.

Ces symptômes précurseurs sont nombreux et apparaissent de concert.

Les signes précoces sont caractérisés par des idées délirantes (de grandeur, de persécution) et des hallucinations auditives, parfois terriblement angoissantes.

Ces signes de la schizophrénie ont été regroupés en sept catégories :

  • De type pseudo-névrotique avec anxiété, troubles obsessionnels ou hystériques ;
  • Oscillations de l'humeur (dépression avec perte du plaisir et idées suicidaires) ;
  • Troubles de la volonté, perte de motivation et fatigue ;
  • Troubles cognitifs (troubles de l'attention, de la concentration, de la mémoire, blocage de la pensée et impression d'en perdre le contrôle) ;
  • Modifications comportementales (retrait social, mauvais résultats scolaires et professionnels, impressions de bizarreries) ;
  • Symptômes physiques (impressions corporelles étranges de type tiraillement, décharges électriques, etc.) ;
  • Méfiance et anomalies discrètes du langage ou de la motricité.

Les experts insistent sur les modifications de la conscience de soi. Par ailleurs, les patients éprouvent des difficultés à traduire verbalement l'expérience extraordinaire qu'ils traversent.

Ces changements doivent immédiatement alerter la famille, l'entourage et le médecin afin de pouvoir entreprendre des évaluations à la recherche des premiers signes psychotiques.

L'objectif est de poser un diagnostic précoce afin de mettre en place un traitement efficace, dont l'intérêt est multiple :

  • diminuer les risques de désinsertion psychique et sociale,
  • améliorer les rapports avec la famille et l'entourage,
  • mais aussi, réduire le risque de suicide, très fréquent chez les schizophrènes.

Attention également à la consommation de cannabis et d'ecstasy.

En effet, ces drogues représentent des facteurs de risque, proportionnels à l'augmentation de la consommation.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 26 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Lundi 08 Octobre 2012 : 15h28
Source : Conférence de consensus de la Fédération française de psychiatrie, " Stratégies thérapeutiques à long terme dans les psychoses schizophréniques ", 13 et 14 janvier 2003, Paris.
A lire aussi
Schizophrénie Publié le 06/09/2001 - 00h00

La schizophrénie est une maladie du cerveau. Ce n'est pas une maladie de l'âme, ni un manque de volonté, ni une double personnalité (maladie très rare à laquelle on a longtemps et faussement associé la schizophrénie), mais bien un "défaut" de certains circuits neuronaux du cerveau.

Le schizophrène est à haut risque cardiovasculaire Publié le 04/08/2006 - 00h00

Attention, le sujet schizophrène est aussi à haut risque cardiovasculaire. La prévention, le dépistage et le traitement des affections cardiovasculaires doivent faire partie intégrante de la prise en charge du schizophrène car il multiplie les facteurs de risque.

Les troubles bipolaires, c'est quoi exactement ? Publié le 19/06/2006 - 00h00

Plus connus sous le nom de «maladie maniaco-dépressive», les troubles bipolaires se caractérisent par des fluctuations extrêmes de l'humeur, avec une alternance de périodes d'excitation et de dépression, entrecoupées de périodes normales. Les conséquences d'une telle oscillation peuvent...

Schizophrénie : les nouveaux traitements améliorent le pronostic Publié le 19/02/2001 - 00h00

La schizophrénie est une maladie psychotique grave, regroupant un ensemble de troubles mentaux polymorphes, dominé par un syndrome délirant et une désorganisation de la pensée. Elle peut entraîner une perturbation importante de la vie relationnelle, familiale et sociale. Elle frappe...

Plus d'articles