Risque de DMLA, la caroténoïde en prévention...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 22 Octobre 2003 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 23 Septembre 2015 : 15h16
-A +A

Plus d'un million de personnes en France sont atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge et souffrent ainsi d'un handicap visuel majeur. Si aujourd'hui encore cette affection résiste à tout traitement, il se pourrait qu'un apport important de lutéine, de la famille des caroténoïdes, par l'alimentation ou la supplémentation, puisse prévenir l'apparition d'une DMLA chez les sujets à risque.

Plus de 8% des personnes de plus de 60 ans souffrent de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Très souvent, le premier symptôme correspond à un besoin accru de lumière lors de la lecture. Par la suite, c'est généralement la déformation des images qui incite le patient à consulter.

Au premier rang des facteurs favorisant l'apparition de cette maladie, figurent le tabac et les rayonnements lumineux. Par exemple, les gros fumeurs ont un risque de DLMA multiplié par 5 par rapport aux non-fumeurs. Le tabac diminue notamment les défenses antioxydantes et entraîne une réduction de la concentration sanguine en caroténoïde. Or la macula, dont la dégénérescence est responsable de la DMLA, a besoin, entre autres, de substances antioxydantes comme les caroténoïdes pour se défendre contre les agressions, tant tabagiques que lumineuses.

Ces connaissances suggèrent que l'apport alimentaire d'antioxydant pourrait représenter un élément protecteur. Et en effet, plusieurs études illustrent une réduction importante (allant de 25 à 50%) du risque de DMLA chez les personnes ayant des niveaux sanguins élevés d'antioxydants : vitamine E, vitamine C (qui semble contribuer à la régénération de la vitamine E), bêta-carotène et/ou zinc. Plus récemment, une équipe de chercheurs s'est intéressée à la lutéine, une caroténoïde présente en grande quantité dans la macula. Ils démontrent qu'une supplémentation en lutéine (10mg/jour) permet d'accroître la concentration au niveau de la macula et de réduire le risque de DMLA de 50%. Cet effet bénéfique a été observé pour des doses comprises entre 6 et 10mg. Or les apports journaliers en lutéine* étant en moyenne de 1 à 2mg, les auteurs suggèrent de les augmenter jusqu'à 6mg environ, notamment chez les personnes à risque de développer une DMLA.

* les sources alimentaires les plus riches en lutéine sont les légumes à feuilles vertes comme les épinards.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 22 Octobre 2003 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 23 Septembre 2015 : 15h16
Source : Delcourt C. et coll., Arch. Ophthalmol., 1116 : 1031-1035, 1998 ; Etude POLA ; AREDS, Arch. Ophthalmol., 119 : 1417-1436, 2001 ; Hammond Br.J.R. et coll., Invest. Ophthalmol. Vis. Sci., 38 : 1795-1801, 1997 ; Conférence organisée par Roche Vitamines et l'association Rétina France.
A lire aussi
Du poisson pour voir loin Publié le 15/06/2009 - 00h00

Non seulement les oméga-3 préviennent la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), une maladie oculaire, mais en plus, ils freinent la progression de cette maladie chez les personnes déjà atteintes. On peut donc recommander aux personnes touchées, ainsi qu'à celles qui sont à risque...

Quels aliments pour de bons yeux ? Publié le 01/07/2013 - 17h14

Notre alimentation influe aussi sur notre vision. Oméga-3, vitamines, pigments et autres antioxydants sont des nutriments indispensables au bon fonctionnement de nos cellules visuelles. Alors où les trouver et que manger pour une bonne vue ?

Manger du chou aide à voir loin Publié le 03/07/2006 - 00h00

La prévention des troubles de la vision liés à l'âge par l'alimentation s'étoffe. La famille des caroténoïdes, largement connue pour ses effets bronzants sur la peau, exercerait un effet puissant sur la cataracte et la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

Plus d'articles