Polyarthrite rhumatoïde et tabac : l 'étau se resserre !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 12 Mars 2003 : 01h00
-A +A
Le tabagisme a déjà été identifié par différentes études épidémiologiques comme un facteur de risque indépendant pour le développement d'une polyarthrite rhumatoïde. Deux nouvelles études viennent renforcer l'accusation.

La première est une enquête réalisée au Royaume-Uni, chez 371 patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR). Il apparaît dans cette population que la consommation de tabac prédisposait à la présence de facteurs rhumatoïdes qui constituent la signature biologique de la PR : une immunoglobuline dite de classe M.La recherche de cette immunoglobuline est positive chez 70 à 80% des cas de PR, mais aussi chez 2 à 5% des personnes indemnes de cette maladie inflammatoire, mais parfois atteintsd'une autre pathologie : connectivites et autres maladies auto immunes, infections chroniques, hépatites. Le tabagisme favorise l'apparition de ces facteurs rhumatoïdes, ce qui permet de conclure que le tabagisme augmente le risque de développer une PR.

Dans la seconde analyse, les auteurs montrent que le tabac augmente le risque de cette maladie inflammatoire chez la femme ménopausée. Ils ont évalué ce risque chez 31.336 femmes âgées de 55 à 69 ans, vues en 1986 et qui n´avaient à cette époque aucun antécédent personnel de PR.En 1997, 158 cas de cette maladie ont été identifiés au sein de cette population. Comparativement aux femmes n´ayant jamais fumé, le risque de PR de la femme fumeuse régulière était multiplié par deux. Tant la durée du tabagisme que le nombre de cigarettes fumées étaient associés au risque de PR. Ni l´âge, ni le statut marital, la profession, l´indice de masse corporelle, l´âge de la ménopause, l´utilisation antérieure de contraception orale, d´un traitement hormonal substitutif ou encore la consommation d´alcool ou de café ne constituaient des facteurs de risque.

En conclusion, plus le tabagisme est important et ancien, plus le risque de polyarthrite rhumatoïde est grand.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 12 Mars 2003 : 01h00
Source : Mattey et coll. Arthritis, Care Res., 47 : 403, 2002. Criswell LA. et coll., American Journal of Medicine, 112 : 465-71, 2002.
A lire aussi
Polyarthrite rhumatoïde : plus grave chez le fumeur Publié le 06/02/2006 - 00h00

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie rhumatismale inflammatoire qui touche préférentiellement les articulations des membres, notamment celles de la main et du poignet. Elle évolue de manière imprévisible par poussées entrecoupées de rémission. Mais chez certains malades atteints de...

Tabac : connaissez-vous vraiment tous les risques ? Publié le 11/09/2006 - 00h00

Le tabac est responsable chaque année du décès de 66.000 Français. Il est aussi à l'origine d'une longue liste de cancers, le cancer du poumon arrivant en tête, de maladies cardiovasculaires et de maladies respiratoires. Et pourtant, 40 % des Français à l'âge adulte fument.

Ménopause précoce pour les fumeuses Publié le 04/11/2011 - 10h47

Voici encore une excellente raison d’arrêter de fumer, ou encore mieux, de ne jamais commencer. Le tabagisme avance l’âge de la ménopause d’au moins un an ! Or chez certaines femmes, la ménopause a des répercussions conséquentes sur la qualité de vie et la vie sexuelle.

Fracture d’ostéoporose : cinq différences hommes/femmes Publié le 12/02/2016 - 16h02

L’ostéoporose et le risque de faire une fracture ostéoporotique ne sont pas l’apanage de la femme et ne sont pas forcément liés à la ménopause. L’homme en souffre aussi, moins souvent mais avec des conséquences plus sévères. Homme ou femme, la même maladie ?

Plus d'articles