Obésité : lourdeur des coûts médicamenteux

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 27 Novembre 2002 : 01h00

Les patients obèses consomment presque deux fois plus de médicaments que les personnes non obèses. Certes, le type de traitement de l'obésité (chirurgical ou conventionnel) modifie la répartition des frais, mais ne change pas le coût final de la prise en charge.

© Istock

L'obésité est associée à une augmentation des taux de morbidité ainsi que des coûts pharmaceutiques. Afin d'évaluer cette relation entre la perte de poids et le coût des traitements, une étude a été réalisée en Suède, auprès de 1.286 sujets obèses, comparés à une population de 958 témoins non obèses.Les personnes en excès de poids ont été réparties en deux groupes en fonction de leur recours ou non à la chirurgie de l'obésité. Ainsi, 510 patients ayant reçu un traitement chirurgical ont été comparés à 455 sujets obèses traités de façon conventionnelle (non chirurgicale). Les auteurs ont analysé les traitements, leurs coûts et leurs évolutions sur une période de 6 années suivant la première intervention.

 

  • Par rapport aux sujets témoins, les obèses prenaient plus souvent des médicaments anti-diabétiques, à visée cardiovasculaire, anti-inflammatoire, anti-douleur ou anti-asthmatique.
  • Les coûts annuels moyens pour l'ensemble de tous ces médicaments représentaient environ 140 $ chez les obèses, contre 80 $ dans la population de référence.
  • Lors du suivi, ces coûts annuels moyens étaient de 185 $ chez les patients traités chirurgicalement (qui avaient obtenu une perte de poids de –16%) et 190 $ chez les personnes prises en charge de façon conventionnelle mais dont le poids était stable, soit une somme tout à fait comparable.
  • Dans le groupe des patients opérés, les coûts liés au diabète étaient moindres (-9 $) de même que les frais liés aux maladies cardiovasculaires (-19 $). En revanche, les dépenses relatives aux médicaments du tube digestif étaient supérieurs (+13 $), de même que ceux des traitements de l'anémie ou ceux en rapport avec la prise de vitamines (+5 $).

 

L'utilisation et le coût des médicaments sont donc nettement augmentés chez les obèses par rapport à une population de référence.Par ailleurs, la chirurgie de l'obésité diminue les coûts liés au diabète et aux maladies cardiovasculaires, mais augmente les autres dépenses, ce qui, finalement, entraîne des frais similaires chez les patients traités chirurgicalement et chez ceux pris en charge conventionnellement durant les 6 années qui suivent la première intervention. Ensuite, les coûts devraient baisser années après années, grâce à la diminution des complications.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 27 Novembre 2002 : 01h00
Source : Narbro K. et coll. Arch. Intern. Med., 162 : 2061-2069, 2002.
PUB
PUB
A lire aussi
Obésité et rimonabant : efficacité confirméePublié le 12/04/2005 - 00h00

Le rimonabant est un nouveau médicament capable d'agir sur la modulation de l'appétit. L'étude dénommée RIO-Europe, initiée il y a deux ans, confirme son efficacité : réduction du poids de 7,2 kg, diminution du tour de taille de 7,5 cm… Les laboratoires Sanofi-Aventis, inventeurs du...

Plus d'articles