Acomplia® : le médicament anti-obésité n'est plus

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 03 Novembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 18 Novembre 2008 : 01h00
-A +A
Commercialisé en France en mars 2007, l'Acomplia® (rimonabant) est un médicament prescrit dans le traitement de l'obésité. Les autorités européennes viennent de suspendre son autorisation de mise sur le marché. Explications.

Les effets secondaires du rimonabant

La prescription du rimonabant a toujours été entourée de précautions, ne serait-ce que par la restriction de ses indications : personnes en surpoids important (dont l'indice de masse corporelle dépasse 27) et présentant des facteurs de risque associés (diabète, cholestérol). Dès sa mise à disposition, il a été l'objet d'une surveillance renforcée afin de détecter ses effets indésirables. C'est ainsi que dès 2007, ce médicament a été associé à un risque accru de dépression. En conséquence, il a été contre-indiqué chez les personnes atteintes de dépression. Mais en juin 2008, une nouvelle évaluation des données a montré que les troubles de l'humeur survenaient aussi chez des personnes sans antécédent dépressif. Dès lors, une réévaluation du rapport bénéfice/risque de ce médicament a été entreprise. Les résultats sont défavorables, c'est-à-dire que les risques se sont révélés supérieurs aux bénéfices.

Pourquoi l'Acomplia® augmente le risque de dépression ?

Ce médicament contient un dérivé du tétrahydrocannabinol (THC), le principe actif du cannabis, lequel a des propriétés coupe-faim. Mais en se fixant sur les récepteurs cannabinoïdes du cerveau, il a également la propriété d'entraîner des troubles dépressifs, phénomène bien connu que l'on observe également chez les fumeurs de cannabis. Donc rien d'étonnant à ce que la prise de l'Acomplia® s'accompagne d'une augmentation du risque psychiatrique. Le problème est que les troubles dépressifs provoqués par ce médicament peuvent être très sévères, pouvant parfois aller jusqu'au suicide. Par ailleurs, plus de 50% des patients développant ces troubles dépressifs le font dans le premier mois de traitement et 80% dans les trois premiers mois de traitement, et ce, en l'absence de tout antécédent de dépressionParallèlement, l'efficacité du rimonabant en terme d'amaigrissement s'est révélée moindre que celle annoncée par les essais cliniques. Il est fort probable que la suppression de l'Acomplia® s'étende à la totalité des 32 pays où il est actuellement commercialisé. En pratique, les personnes qui sont actuellement sous rimonabant sont invitées, sans urgence (sauf en cas de dépression ou d'anxiété), à consulter leur médecin pour l'arrêter et chercher une autre solution. Depuis mars 2007, 220.000 Francais ont été traités par le rimonabant, dont 50.000 sont en cours de traitement. 385 cas de troubles dépressifs ont été rapportés dont 125 graves, précise l'Agence francaise de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Ce n'est pas la première fois que les amincissants ne tiennent pas leurs promesses en se révélant plus néfastes que bénéfiques : le coupe-faim Isoméride avait été associé à de graves problèmes d'hypertension artérielle pulmonaire, les extraits thyroïdiens à des risques cardiaques. La recherche pour la mise au point de nouveaux médicaments contre l'obésité doit se poursuivre, incluant une meilleure évaluation du rapport bénéfice-risque...

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 03 Novembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 18 Novembre 2008 : 01h00
Source : Communiqué de presse de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), 23 octobre 2008.
A lire aussi
Un traitement contre l'acné sous haute surveillance Publié le 08/06/2009 - 00h00

En cas d'acné sévère, il existe un traitement médicamenteux très efficace. Celui-ci peut cependant présenter des effets secondaires graves, d'où l'intérêt d'un suivi médical rigoureux et d'être bien renseigné.

Cannabis : drogue et médicament ? Publié le 21/06/2013 - 09h42

Le cannabis, dont l’usage « récréatif » fait débat, a aussi des effets thérapeutiques dont certains sont aujourd’hui bien documentés, notamment contre la douleur, les nausées et les vomissements, les spasmes et la perte de l’appétit. Grâce à un décret autorisant les médicaments...

Médicaments contre l’acné : sont-ils vraiment dangereux ? Publié le 04/02/2011 - 09h00

En plein scandale du Médiator, les médicaments contre l’acné reviennent sur le devant de la scène, d’autant plus que le père d’un adolescent qui s’est suicidé après avoir été traité par de tels médicaments vient d’assigner 3 laboratoires au tribunal. Que faut-il savoir...

Plus d'articles