Lampes à basse consommation : avertissement contre une éventuelle nocivité

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 23 Février 2011 : 11h53
Mis à jour le Mercredi 23 Février 2011 : 13h59

Les lampes à basse consommation d’énergie sont très avantageuses, mais elles pourraient aussi entraîner des effets nocifs. Par mesure de précaution, la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) émet des recommandations à destination des utilisateurs.

© Fotolia

Avantages réels et inconvénients suspectés des lampes à basse consommation

PUB

Malgré un coût un peu plus élevé, les lampes à basse consommation, ou lampes fluocompactes, sont aujourd’hui largement préférées aux lampes à incandescence classiques. Il faut dire qu’elles possèdent une durée de vie beaucoup plus longue : entre 6 000 et 10 000 heures contre 1.000 heures pour une ampoule classique. Et bien entendu, elles consomment « 4 à 5 fois moins d’énergie pour des performances équivalentes en termes d’éclairage ». Seulement voilà, ces lampes à basseconsommationd’énergie sont soupçonnées d'avoir des effets nocifs.

Selon la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC), elles contiennent trop de mercure et émettent beaucoup d’ondes électromagnétiques. En attendant une réglementation, notamment pour définir les valeurs maximales acceptables de vapeur de mercure dans l’air ambiant, la CSC encourage les fabricants à produire des ampoules « contenant le moins de mercure possible et émettant des rayonnements électromagnétiques moins intenses ».

Elle émet également à destination du grand public une série de recommandations :

  • Privilégier les lampes affichant les quantités de mercure les plus faibles.
  • Porter les lampes usagées dans un point de collecte prévu pour leur recyclage (magasins ou déchetteries).
  • En cas de lampe brisée, quitter la pièce et ventiler longuement. Ensuite, ramasser les débris à l’aide de gants et de papier absorbant, et les placer dans des sacs en plastique en veillant à ne pas les percer. Ne pas utiliser l’aspirateur, qui contribue à mettre en suspension dans l’air des particules de mercure.
  • Se tenir à une distance minimale de 30 cm d’une lampe fluocompacte en cas d’exposition prolongée, pour lire avec une liseuse par exemple.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 23 Février 2011 : 11h53
Mis à jour le Mercredi 23 Février 2011 : 13h59
Source : Avis de la Commission de sécurité des consommateurs (CSC), février 2011.
PUB
PUB
A lire aussi
Ampoules à LED : attention les yeux !Publié le 26/10/2010 - 15h13

Les ampoules à LED sont aujourd’hui omniprésentes dans les éclairages publics et dans nos habitations. Or selon le rapport d'expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), ces systèmes d’éclairage ont des effets sanitaires sur la population générale, notamment chez les...

LED : attention aux risques potentiels pour la santéPublié le 24/02/2014 - 07h31

La lumière bleue, émise par les LED, est omniprésente dans notre environnement.La majorité de nos éclairages utilisent cette technologie, tout comme nos écrans (télé, ordinateur, tablette, smartphone).Quels sont les risques liés aux LED ? Quelles sont les populations qui doivent s’en...

Blanchiment des dents : résultats immédiats !Publié le 26/11/2010 - 13h14

De belles dents éclatantes, qui n’en a pas rêvé ? Les techniques de blanchiment des dents sont nombreuses et se répartissent globalement en deux catégories : à réaliser soi-même, chez soi, ou laisser faire le chirurgien dentiste, au cabinet dentaire. Bien entendu, la 2e solution est la...

Plus d'articles