Presbytie : les conseils du Docteur Olivier Laplace

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mercredi 30 Novembre 2016 : 12h46
Mis à jour le Vendredi 27 Janvier 2017 : 10h39
-A +A

La presbytie est un défaut de la vision que nous sommes tous amenés à subir avec l’âge. Pour y faire face, il existe différentes solutions correctrices possibles, selon divers critères, à commencer par le confort personnel de chacun. Le Docteur Olivier Laplace, chirurgien ophtalmologiste à l’Hôpital des Quinze-Vingt, nous aide à y voir plus clair…

E-Santé : Qu’est-ce qui est l’élément déclencheur de la visite chez l’ophtalmologiste suivie de l’acte d’achat de verres correcteurs ?

Dr O. Laplace : Nous devenons presbytes en moyenne entre 40 et 50 ans. Or, il faut bien se rappeler que la presbytie n’est pas une maladie mais un vieillissement des performances de notre cristallin, donc ce qui va induire la personne à consulter, c’est un problème visuel, lorsqu’on ne peut plus exécuter des activités qui sollicitent la vision de près. Ce défaut de la vision de près se rajoute aux défauts de la vision qui existaient auparavant chez la personne.

E-Santé : Quelles sont les différentes méthodes correctrices de la presbytie ?

Dr O. Laplace : Il y a les verres correcteurs, les lentilles de contact et la chirurgie.

Les lunettes sont adaptées à tout le monde. Il y a différents types de verres : les verres qui corrigent uniquement la vision de près, et les verres progressifs qui permettent de corriger à la fois la vision de loin (partie supérieure du verre) et la vision de près (partie inférieure).

Les verres progressifs sont de loin la solution la plus utilisée dans la vie courante car ils permettent de ne pas changer continuellement de lunettes selon ses activités de la journée.

Ils corrigent bien entendu tous les troubles de la réfraction : myopie, astigmatisme, hypermétropie…

E-Santé : Existe-t-il des difficultés d’adaptation particulières aux verres progressifs ?

Dr O. Laplace : Après un temps d’adaptation de plus en plus court compte tenus des progrès de fabrication des verres, les verres progressifs sont presque à la portée de tout le monde. Certaines situations cliniques ne sont pas compatibles avec les verres progressifs et justifient une prise en charge au cas par cas : strabisme, paralysie oculomotrice ou autres maladies oculaires avec handicap visuel.

Les verres progressifs existent en version solaire, ou bien qui se teintent de façon variable en fonction de la luminosité.

Enfin, pour les personnes qui passent beaucoup de temps devant leur ordinateur, il est possible d’ajouter un filtre limitant le rayonnement spectral bleu émis par les écrans ou lampe de type LED.

Bref, pour tous les types de verres existants, votre opticien est là pour tout vous expliquer, cela fait partie de son travail !

E-Santé : que pensez-vous de l’achat de lunettes correctrices sur internet ?

Dr O. Laplace : Une paire de lunette, ce n’est pas seulement une prescription médicale. Bien sûr, une fois que l’ordonnance est rédigée par le médecin, indiquant la correction nécessaire pour chaque œil, il sera toujours possible de l’envoyer par mail à un site d’optique en ligne. Mais cela prive le patient de tous les conseils en direct dont il peut bénéficier avec l’opticien sur le choix des verres (cf ci-dessus) et sur les montures… La consultation de l’opticien est une étape importante pour l’arrivée de la presbytie dans la vie d’une personne. Et avec l'e-commerce, on peut bénéficier de conditions financières avantageuses, la prise en charge de la sécurité sociale et de la mutuelle peut s'avérer parfois insuffisante. Mais attention, l'analyse de vos besoins ni le suivi ne sont pas les mêmes que chez un opticien

 

E-Santé : il existe aussi la solution des lentilles de contact pour corriger la presbytie ?

Dr O. Laplace : Le port de lentilles correctrices est une alternative aux verres correcteurs.

Il faut s’assurer de l’absence de contre-indication aux ports de lentilles ou de pathologie de la surface oculaire. Ensuite, il existe des personnes qui éprouvent des difficultés à la mise en place des lentilles, d’autres n’apprécieront pas le dispositif visuel et le rendu.

Il existe différents types de lentilles progressives. Plusieurs essais sont parfois nécessaires avant de trouver la bonne prescription avant de trouver le confort visuel tant en vision de loin que de près.

On propose parfois « une bascule » c’est-à-dire qu’on corrige un œil pour la vision de loin, l’autre œil pour la vision de près.

E-Santé : Dans quel cas allez-vous proposer la chirurgie pour corriger une presbytie ?

Dr O. Laplace : Je propose la chirurgie rarement avant 55 ans, il faut que la presbytie soit bien installée. On opère en une seule fois, avec des techniques de laser sophistiquées.

La chirurgie de la presbytie par la mise en place d’un implant intraoculaire multifocal lors d’une chirurgie de la cataracte est une alternative très séduisante et fiable permettant la restauration de la vision de loin et de près. L’indication de la chirurgie et le choix de la technique se font vraiment au cas par cas.

La chirurgie permet de retrouver un très bon confort visuel pour les tâches de la vie courante. Seulement 10% des personnes opérées auront besoin d’utiliser des verres correcteurs par la suite et seulement pour certaines situations particulières. La très grande majorité des patients vivront sans verres.

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mercredi 30 Novembre 2016 : 12h46
Mis à jour le Vendredi 27 Janvier 2017 : 10h39
A lire aussi
Presbytie : toutes les solutions pour la corriger Publié le 06/11/2015 - 10h38

En France, 20 millions de personnes seraient concernés par la presbytie. Ce défaut visuel dégradant la vision de près, est causé par le vieillissement du cristallin qui ne permet plus une bonne « mise au point » de l’œil. Chirurgie, lunettes, lentilles, implants ou encore gymnastique...

Presbytie Publié le 10/12/2001 - 00h00

La presbytie est un trouble de la vision qui atteint l'adulte. C'est un phénomène normal, lié au vieillissement de l'oeil. Au début, elle se manifeste par une gène à la vision de près (lecture, écriture…). Cette gène s'estompe si on s'éloigne un peu de ce qu'on est en train de regarder.

Presbytie : que faire lorsque la vision de près diminue ? Publié le 10/11/2016 - 09h45

On le sait, mais on n’y est pas bien préparé : la vision de près commence à baisser au beau milieu de notre existence. Notre pays compte 26 millions de personnes presbytes, soit plus d’1 Français sur 3. On atteindra les 40% de presbytes en 2020. Aux extrêmes, certains commenceront à...

Plus d'articles