J'ai pris un coup sur la tête, que faire ?

J'ai pris un coup sur la tête, que faire ?

Publié par Dr Philippe Presles le Samedi 07 Août 1999 : 02h00
Mis à jour le Mardi 31 Mai 2016 : 18h34
-A +A
Les traumatismes crâniens sont des accidents fréquents et généralement sans gravité. Les radiographies sont souvent inutiles, le plus important est de surveiller régulièrement l'état du blessé.

Les éléments les plus importants sont cliniques

C'est l'état clinique du patient qui doit avant tout guider les décisions des médecins.

En dehors des grands traumatismes avec enfoncement du crâne, il existe deux risques principaux :

  • La constitution rapide d'un hématome sous les os du crâne, avec compression du cerveau.
  • La constitution très lente d'un hématome comprimant le cerveau, après plusieurs jours ou même plusieurs semaines.

Après examen et interrogatoire du blessé et de ses proches (ou des témoins), les médecins devraient en principe prendre une des décisions suivantes :

  • demander une évacuation vers un service de neurochirurgie ;
  • demander un scanner crânien en urgence ;
  • garder le blessé en observation pour 24 à 48 heures ;
  • laisser repartir le blessé, en recommandant une surveillance aux proches.

A savoir :

De manière générale, les radiographies du crâne sont inutiles, voire dangereuses.

Après un coup sur la tête : la surveillance à domicile

L'important est de pouvoir surveiller que le blessé ne s'enfonce pas lentement dans un coma.

On recommande parfois de le réveiller toutes les 3 ou 4 heures la première nuit (par exemple s'il y a eu une perte de connaissance réelle au moment du choc, mais pas d'autre élément de gravité).

Dans les jours ou les semaines qui suivent, l'apparition de vertiges, de maux de tête persistants, de chutes inexpliquées, de nausées, de troubles visuels doit amener à consulter et à rappeler au médecin qu'un traumatisme crânien a eu lieu.

Ce sont surtout les personnes âgées qui risquent de développer lentement un hématome qui ne deviendra gênant ou dangereux qu'au bout de plusieurs semaines. En particulier, les personnes âgées prenant des médicaments diminuant la coagulation du sang comme des antivitamines K ou de l'aspirine.

Publié par Dr Philippe Presles le Samedi 07 Août 1999 : 02h00
Mis à jour le Mardi 31 Mai 2016 : 18h34
Source : Croix Rouge Française "Manuel des premiers secours" Flammarion Médecine-Sciences éd., Paris 1998. Askenasi R "Manuel de médecine d'urgence 3e édition" Ed de l'Université de Bruxelles/Maloine ; Paris 1989. ANAES "Prise en charge des traumatisés crâniens graves à la phase précoce" Concours médical 1999 ; 121 (19) : 1444-1450.
A lire aussi
Traumatisme crânien : le handicap invisible ! Publié le 13/10/2008 - 00h00

Chaque année, en France, 160 000 personnes sont victimes d'un traumatisme crânien et près de 8 000 restent gravement handicapés. Outre les conséquences physiques (tétraplégies…), les traumatismes crâniens transforment parfois profondément le comportement et la personnalité des victimes :...

Premiers secours en cas de traumatismes Publié le 29/10/2004 - 00h00

Pour un enfant, les occasions de traumatisme sont courantes : glisser dans les escaliers, chuter d'une corde à grimper, se blesser en pratiquant un sport, tomber d'un toboggan, d'une bicyclette, ou tout simplement tomber de sa hauteur.

Radios et rayonnements ionisants : des progrès à faire ! Publié le 07/08/1999 - 00h00

De nombreux progrès restent à faire en France pour diminuer les doses de rayonnement administrés aux patients. C'est un rapport officiel qui l'affirme, rapport rendu public par le ministère français de la Santé le 15 juin 1999, Le texte rappelle ainsi que l'irradiation médicale représente...

Plus d'articles