Insomnie : des critères de diagnostics très précis

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 15 Octobre 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 16h29

Un Français sur trois manifeste au moins un des symptômes de l'insomnie, mais rares sont ceux qui en parlent à leur médecin. Or les répercussions sur la qualité de vie peuvent être particulièrement importantes. De son côté, le médecin dispose de recommandations de bonne pratique et de critères diagnostiques précis afin de proposer une prise en charge adaptée.

Les répercussions de l'insomnie

Parmi les troubles du sommeil, l'insomnie est l'affection qui prédomine et qui génère une consommation croissante d'hypnotiques et d'anxiolytiques. Mais en plus de cette conséquence médicamenteuse, l'insomnie altère le fonctionnement physique, psychique et social, à tel point que globalement, la qualité de vie des insomniaques est comparable à celle des personnes atteintes d'une maladie chronique (diabète, hypertension, obésité, asthme). Il existerait aussi un lien entre les troubles du sommeil et les troubles psychiatriques (dépression, anxiété, troubles émotionnels, abus de substances illicites et d'alcool). Et enfin, les insomniaques auraient un risque accru d'accidents de la route et d'accidents du travail, notamment en raison des effets résiduels des hypnotiques qu'ils consomment.Dans ses recommandations pour la pratique clinique, la Haute autorité de santé (HAS) utilise la définition suivante : « l'insomnie se définit comme le ressenti d'une insuffisance de l'installation ou du maintien du sommeil, ou d'une mauvaise qualité restauratrice, associée à des retentissements diurnes à l'état de veille : fatigue, perte de concentration, manque de mémoire, morosité ou irritabilité, erreurs dans la réalisation de tâches ».

Le diagnostic de l'insomnie

Le diagnostic de l'insomnie passe par un interrogatoire poussé, portant sur l'ancienneté et la fréquence des troubles, les répercussions diurnes (fatigue, troubles de la concentration, perte de mémoire, baisse de vigilance, somnolence, anxiété), les traitements déjà utilisés, l'environnement, le mode de vie et les habitudes (rythme de travail, horaires, siestes, alcool, médicaments), les symptômes associés pouvant évoquer un trouble sous-jacent (jambes sans repos, apnées du sommeil, douleurs.), l'existence de troubles psychiques anxieux et/ou dépressifs, etc. Le médecin utilise ensuite les critères diagnostiques généraux de l'insomnie indiqués ci-dessous, mais peut aussi recourir à un agenda du sommeil et à des autoquestionnaires ou des échelles, par exemple pour mieux cerner l'intensité d'une somnolence ou l'importance des troubles anxieux et dépressifs.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 15 Octobre 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 16h29
Source : Recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), décembre 2007.
A lire aussi
Gardes de nuit : l'excès de travail majore les erreurs médicalesPublié le 17/11/2004 - 00h00

Les cadences de travail effrénées des internes en médecine sont sources d'un risque supplémentaire d'erreurs médicales graves. La démonstration est faite aux Etats-Unis, où les internes des services de réanimation travaillent encore par périodes de plus de 24 heures. Le nombre d'erreurs...

Interview : Mon enfant est-il hyperactif ?Publié le 17/09/2003 - 00h00

Trop remuant, turbulent ou réellement hyperactif ? Comment s'y prendre ? A-t-il besoin d'un traitement ? Quels sont les dangers ? Comment l'aider à s'intégrer ? A s'épanouir ? Le Dr Marie France Leheuzey, médecin psychiatre, répond à ces questions.

Plus d'articles