Fumeurs, attention au risque d'hémorragie cérébrale

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 28 Avril 2004 : 02h00
-A +A
L'hémorragie cérébrale, également appelée accident vasculaire cérébral hémorragique, correspond à la rupture d'un vaisseau sanguin dans le tissu cérébral. Les fumeurs ont cinq fois plus de risque d'en être victimes.

Fumeurs, prenez garde à vous ! Vous avez cinq fois plus de risque de faire une hémorragie cérébrale, et ce risque augmente avec l'intensité de votre tabagisme. En effet, dans un tiers de ces accidents, la fumée de cigarette est en cause. Les femmes qui fument sont encore plus particulièrement exposées.Heureusement, les chercheurs qui ont étudié ce phénomène démontrent également que le sevrage permet de diminuer rapidement l'excès de risque.

Il existe deux types d'accident vasculaire cérébral (AVC). Le plus fréquent est dit ischémique et est consécutif à la formation d'un caillot dans une artère, à un embol (corps étranger, le plus souvent un caillot, qui entraîné par la circulation va obstruer l'artère), ou à un rétrécissement de l'artère favorisé par l'athérosclérose. Le second AVC est dit hémorragique car il correspond à un épanchement de sang dans le tissu cérébral, dont la cause la plus fréquente est l'hypertension artérielle.

Quels sont les symptômes ?

La victime subit un déficit neurologique brutal pendant quelques secondes, quelques minutes ou quelques heures. Les symptômes peuvent être isolés ou diversement associés en fonction de la localisation et de l'étendue de l'accident hémorragique : hémiplégies, troubles de la sensibilité, altération du champ visuel, paralysie d'un ou plusieurs nerfs crâniens, trouble du langage, etc.Un scanner confirmera le diagnostic et contribuera à préciser l'origine exacte de l'accident. Dans ce but, d'autres examens se révèlent souvent nécessaires : analyse de sang, échographie cardiaque, exploration des artères irriguant le cerveau par doppler ou artériographie.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 28 Avril 2004 : 02h00
Source : Graig S. et coll., Stroke, 35 : 633, 2004.
A lire aussi
Troubles de l'élocution et du langage Publié le 31/05/2001 - 00h00

Le langage (la compréhension verbale et l'expression verbale de la pensée) a son centre au cerveau, tout comme les autres fonctions dites supérieures (intelligence, mémoire, etc.)Le langage peut être atteint au niveau de la compréhension, de l'expression ou encore des deux.L'élocution relève...

Plus d'articles