Faut-il psychiatriser les accidents ?

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 29 Août 2000 : 02h00
-A +A
A chaque catastrophe, il est devenu habituel d'organiser une écoute psychologique des blessés ou des personnes choquées. Est-ce vraiment utile ? Ce n'est pas si sûr…

Un accident automobile est un choc psychologique indéniable… Mais faut-il nécessairement faire intervenir systématiquement des psychiatres ? Les partisans d'une prise en charge psychologique précoce, dans les 24H00, argumentent que cela permettrait de diminuer la survenue de séquelles sinsitrosiques ultérieures. Il paraît logique en effet d'imaginer qu'une telle écoute serait à même d'aider le patient à tourner la page… Mais cela n'avait jamais été vraiment étudié jusqu'à maintenant.

Dans une étude originale deux approches totalement opposées ont été comparées : soit les accidentés se voyaient proposer de participer à un entretien avec un psychothérapeute cognitiviste (avec lettre au médecin de famille), soit rien n'était fait du tout. 106 patients ont ainsi été affectés dans les deux groupes de manière totalement aléatoire. Trois années plus tard, 61 d'entre eux ont été revus Et le groupe non pris en charge se portait mieux : moins de symptômes, moins d'anxiété, moins de problèmes physiques et même moins de problèmes financiers. Il n'est donc pas simple de conclure, mais quand cela est possible, il est peut-être préférable de tourner la page le plus vite et le plus simplement possible.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 29 Août 2000 : 02h00
Source : R. A. Mayou et al. Brit. J. Psychiatry 2000 ; 176 :588-593
A lire aussi
Sevrage tabagique : le rôle des médecins Publié le 04/06/2003 - 00h00

Le sevrage tabagique est souvent vécu par les praticiens comme une tâche ingrate. Pourtant, le problème du tabac devrait être systématiquement abordé lors de toute consultation d'un patient fumeur, tant les effets du tabagisme sont dévastateurs pour la santé ; on en est malheureusement loin....

Cancers familiaux du sein : la consultation d'oncogénétique Publié le 17/04/2001 - 00h00

Entre 5 et 10% des cancers du sein ont une origine héréditaire. Identifier les femmes porteuses de ces modifications génétiques permettrait de leur proposer un dépistage clinique et radiologique plus précoce et plus fréquent, ou inversement de rassurer un peu celles qui en sont dépourvues....

Plus d'articles