• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    1 avis
  • Témoignages (0)

Consommée tous les jours, la viande augmente le risque de maladies cardiovasculaires et de mortalité

Article publié par Dr Philippe Presles le 13/03/2012


Consommée tous les jours, la viande augmente le risque de maladies cardiovasculaires et de mortalité

Cette nouvelle étude de l’Université de Harvard n’est pas la première à montrer qu’une consommation quotidienne de viande rouge est délétère pour la santé : elle augmente le risque de mortalité de 13 % s’il s’agit de viande rouge non transformée et de 20 % s’il s’agit de viande transformée (bacon, saucisse, salami …).

Consommation quotidienne de viande rouge : plus de risques de maladies cardiovasculaires et de cancers

Ces résultats ne sont pas une surprise dans la mesure où de précédentes études ont déjà suggéré que la consommation quotidienne de viande rouge était associée à un risque accru de maladies métaboliques dont le diabète. Or le diabète est un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires.

De plus, la viande rouge constitue une source importante de graisses saturées, les plus mauvaises pour la santé, puisqu’elles sont associées à un niveau plus élevé de mauvais cholestérol dans le sang, avec le risque de maladies cardiovasculaires que cela comporte.

Enfin, la cuisson de la viande rouge peut générer des composants cancérigènes, surtout lorsqu’elle est cuite à haute température (barbecue).

Moins de viande rouge, plus de poisson ou de volaille = diminution du risque de mortalité

Chez les gros consommateurs de viandes rouges, le simple fait de la remplacer par du poisson ou de la volaille, a entraîné respectivement une diminution du risque de mortalité de 7 % et de 14 %. Les végétariens ne sont pas en reste puisque le remplacement de cette portion de viande rouge quotidienne par des grains entiers entraîne également une baisse de 14 % de ce sur-risque de mortalité.

Pour arriver à ces conclusions sur l’impact d’une alimentation riche en viande rouge, les auteurs ont analysé les données de deux études portant sur 37.698 hommes et 83.644 femmes suivis pendant plus de 20 ans. Ils en ont conclu que le décès de 9,3% des hommes et 7,6% des femmes pourrait être évité si tous les participants consommaient une demi-portion en moins par jour de viande rouge, ce qui est loin d’être négligeable.

Sources : Archives of Internal Medicine, 12 mars 2012

Trouvez-vous cet article intéressant ?