Des centaines de grossesses sous implant contraceptif

Article publié par Isabelle Eustache le 06/01/2011
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.


Des centaines de grossesses sous implant contraceptif

Alors que l’utilisation de l’implant contraceptif a été multipliée par 5 au cours des dernières années au Royaume Uni, on constate parallèlement que des centaines de femmes se sont retrouvées enceintes malgré leur implant.

Selon le laboratoire fabriquant ce n’est pas la qualité de l’implant contraceptif qui est en cause, mais son mode d’insertion sous la peau.

 

L’implant contraceptif, comment ça marche ?

Rappelons que l’implant contraceptif, ou Implanon, se présente sous la forme d'un bâtonnet (4 cm de long et 2 mm de diamètre) que l’on insère sous la peau au niveau de la face interne du bras, à l’aide d’une aiguille spéciale, après une petite anesthésie locale. Une fois en place, l’implant libère de la progestérone en continue pendant 3 ans.

Certes, aucun contraceptif n’est efficace à 100%, mais l’implant fait partie des plus sûrs et élimine tout risque d’oubli comme avec la pilule. Pourtant, au Royaume Uni, parmi les milliers de femmes ayant adopté cette méthode contraceptive, plus de 600 grossesses non désirées ont été enregistrées entre 2009 et 2010. En France, 39 grossesses ont été notifiées entre 2001 et 2002 chez des femmes portant un implant.

Comment expliquer ces échecs contraceptifs ?

C’est la pose de l’implant qui est incriminée. À tel point que le laboratoire a mis au point un nouvel implant qui diffère du premier uniquement par son mode d’application. Ce nouvel implant, dénommé Nexplanon devrait être mis sur le marché en France courant janvier 2011. Souhaitons que ce nouvel applicateur assure plus de sécurité que le premier.

L’implant contraceptif en pratique

Si vous êtes porteuse d’un implant contraceptif, restez vigilante : consultez au moindre doute de grossesse (nausée, vomissement…). Ceci est valable avec tout type de contraceptif, car le risque zéro n’existe pas dans ce domaine !

Sources : Le Figaro, 5 janvier 2011.

Trouvez-vous cet article intéressant ?