Anorexie, boulimie : ces troubles apparaissent aussi après 40 ans

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Juillet 2005 : 02h00
Mis à jour le Lundi 02 Avril 2012 : 10h36
-A +A
Les troubles des conduites alimentaires, comme l'anorexie ou la boulimie, ne sont plus l'apanage des adolescentes. Ils apparaissent de plus en plus souvent à partir de l'âge de 40 ans, voire plus tardivement. Préoccupation excessive de l'aspect physique, peur maladive de grossir ou de vieillir ? Peu importe. Ce qu'il faut c'est prendre en charge ces maladies, rompre le déni et les résistances…

Pourquoi à 40 ans de plus en plus de femmes souffrent de troubles des conduites alimentaires ?

Une partie de la réponse peut se trouver dans la pression socioculturelle qui pèse sur les femmes : jeunisme, culte de la minceur, etc. Ainsi, se créent des résistances à faire le deuil de la jeunesse, de la séduction physique et de la procréation. Les femmes souffrant de ces troubles du comportement alimentaire sont en perpétuelle compétition douloureuse avec les générations antérieures et se fixent des objectifs de maîtrise et de transformation de leur corps totalement irréalisables.

En d'autres termes, ces patientes présentent de graves difficultés à franchir les différentes étapes de la vie, en acceptant les évolutions physiques inévitables qui les accompagnent.

Troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie) : quels symptômes ?

A tous les âges : modifications franches du poids, régimes répétés, provocation de vomissements.

Plus souvent à partir de 40 ans : préoccupation excessive de l'aspect physique, distorsion de l'image du corps, peur maladive de grossir et de vieillir, usage de médicaments destinés à réduire le poids et/ou de substances anorexigènes, pratique intense d'un sport, maux de tête, troubles gastro-intestinaux.

Toutefois, il est indispensable de vérifier si ces symptômes sont attribuables à d'authentiques maladies génératrices de modification du poids ou à un syndrome dépressif. Le diagnostic doit donc s'accompagner d'un bilan afin d'écarter un éventuel diabète, un cancer, une infection ou encore une hyperthyroïdie. Un trouble dépressif sera par exemple évoqué en cas de troubles du sommeil et d'une insensibilité au plaisir.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Juillet 2005 : 02h00
Mis à jour le Lundi 02 Avril 2012 : 10h36
Source : Congrès Hebdo, le Quotidien du médecin, 17 juin 2005.
A lire aussi
Anorexie mentale Publié le 06/09/2001 - 00h00

L'anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire qui se rencontre le plus souvent chez les adolescentes et les jeunes femmes. Mais l'anorexie peut également survenir chez les adultes ou les enfants. Le repérage précoce et la prise en charge sont des priorités afin de prévenir les...

Dysmorphophobie : quand la laideur, c'est dans la tête ! Publié le 03/12/2015 - 13h57

La dysmorphophobie, c’est l’impression d’avoir un corps laid ou hors-normes, et, dans le contexte des troubles alimentaires, un corps qui est, dans l’immense majorité des cas, perçu comme trop gros, au risque de tomber dans l’anorexie-boulimie. C’est pourtant juste une impression :...

Obésité Publié le 06/09/2001 - 00h00

L'obésité est un problème de santé qui, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), atteint des proportions endémiques dans le monde et représente une menace sérieuse en matière de santé publique.

Peut-on maigrir par l'hypnose ? Publié le 03/04/2006 - 00h00

L'hypnose est une technique en pleine expansion, notamment utilisée en France pour la prise en charge des problèmes de poids. L'hypnose fait-elle vraiment maigrir ? Quels sont ses intérêts ? Le Dr Dominique Boute* qui utilise l'hypnose auprès de personnes souhaitant perdre du poids répond à...

Plus d'articles