La boulimie, un symptôme alimentaire d'un problème plus profond

La boulimie, un symptôme alimentaire d'un problème plus profond

La boulimie, généralement féminine, concernerait environ 2 % des femmes et 4 à 8 % des étudiantes. Cette maladie est de plus en plus médiatisée, car l'idéal de minceur théorique auquel sont confrontées les femmes et auquel les jeunes filles sont hypersensibles, entraîne une pression terrible sur leurs comportements alimentaires, provoquant la boulimie.

La boulimie

La boulimie est décrite très précisément dans sa définition officielle. D'après le DSM IV, bible américaine des maladies mentales, la boulimie se présente de la manière suivante :

A. Présence d'épisodes récurrents d'hyperphagie incontrôlée.

Un épisode d'hyperphagie incontrôlée consiste en :

  • Des prises alimentaires, dans un temps court, inférieur à 2 heures, d'une quantité de nourriture largement supérieure à celle que la plupart des personnes mangeraient dans le même temps et dans les mêmes circonstances.
  • Une impression de ne pas avoir le contrôle des quantités ingérées ou la possibilité de s'arrêter.

B. Le sujet met en œuvre des comportements compensatoires visant à éviter la prise de poids (vomissements provoqués, prises de laxatifs ou de diurétiques, jeûnes, exercice excessif).

C. Les épisodes d'hyperphagie incontrôlée et les comportements compensatoires pour prévenir une prise de poids ont eu lieu en moyenne deux fois par semaine durant au moins trois mois.

D. Le jugement porté sur soi-même est indûment influencé par la forme et le poids du corps.

E. Le trouble ne survient pas au cours d'une anorexie mentale.

Quelle est l'origine de la boulimie ?

  • Psychiquement, une jeune fille boulimique paraît bien équilibrée, bien dans sa peau.
  • En réalité, elle joue un rôle et derrière cette apparence, elle est très peu sûre d'elle, elle n'aime pas son corps, son aspect, elle ressent une peur terrible de ne pas être aimée et agit en conséquence, essayant de se faire apprécier, de plaire, au détriment de ses propres aspirations.
  • On pourrait dire qu'elle ne sait pas qui elle est, elle vit sous le regard des autres et n'arrive pas à se construire par rapport à elle-même, étant constamment dans un jugement très défavorable, qu'elle porte sur elle-même ou qu'elle imagine de la part de son entourage.
  • Elle a peur de se montrer telle qu'elle est, imaginant que personne ne serait capable de l'apprécier comme elle est.
  • Elle cherche donc à maîtriser sa vie en contrôlant son poids qui devient une véritable obsession, et les troubles alimentaires ne sont que la partie visible d'un iceberg. La restriction entraîne des crises de boulimie qui entraînent une honte qui entraîne des restrictions pour compenser, et le cercle vicieux se met en place.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 28/03/2012
Créé initialement par le 07/05/2007

Cet article fait partie du dossier Problèmes psy et alimentation : quand ça part en vrille !

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus