Affection de la région anale

Affection de la région anale

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 11 Avril 2013 : 11h17
-A +A

Parmi les symptômes les plus fréquents de la région anale, se trouvent la douleur, les saignements, les masses et les démangeaisons. Contrairement à ce que bien des gens pensent, les hémorroïdes ne sont pas toujours en cause.

Affection de la région anale : Conseils pratiques

Douleur

  • Prendre des bains de siège tièdes ou chauds. En cas de thrombose hémorroïdaire, ces bains permettront au caillot de se résorber et, en cas de fissure anale, de soulager la douleur, souvent causée par les spasmes du sphincter anal.
  • Prendre un analgésique. Un ou deux comprimés d'acétominophène (325 mg ou 500 mg) quatre fois par jour, jusqu'à un maximum de 4 g par jour, aideront à soulager la douleur. Des anti-inflammatoires peuvent aussi être utilisés selon la dose recommandée par le fabricant. Vous pouvez prendre un des deux médicaments ou les deux ensemble si la douleur est difficile à maîtriser.
  • Contrer la douleur hémorroïdaire. Pour les hémorroïdes et les thromboses hémorroïdaires, il existe des suppositoires qui provoquent une vaso-constriction locale (cela fait diminuer l'inflammation de la veine) et qui ont un effet anesthésiant. En vente libre en pharmacie, ils se conservent au réfrigérateur. Vous pouvez aussi vous procurer des lingettes imbibées de médicaments à base de calamine et d'hamamélis, qui ont des propriétés analgésiques. Ronds et de petits formats, elles sont faciles à appliquer sur les zones douloureuses. On les trouve en pharmacie sans ordonnance.
  • Appliquer de la pâte d'ihle. Bien que les crèmes et onguents agissent relativement peu sur le problème de base, la pâte d'ihle (pâte d'oxyde de zinc que l'on utilise pour les fesses de bébés) est un bon agent protecteur et émollient pour soulager et prévenir la douleur dans tous les types de problèmes. Évitez en général les produits à base de corticostéroïdes, car ils entraînent la détérioration des tissus de l'anus et une démangeaison tenace.
  • Faciliter la défécation en rendant les selles plus molles. Mangez davantage d'aliments riches en fibres, tels que des légumes, des fruits, des produits céréaliers à grains entiers, des légumineuses, des noix. Buvez de six à huit verres d'eau par jour. Si nécessaire, prenez un supplément de fibres.
  • Ne pas rester longtemps sur le siège des toilettes. Si vous ne parvenez pas à évacuer les selles, levez-vous au bout de quelques minutes, faites autres chose et revenez plus tard. Evitez de rester longtemps assis (à lire, par exemple) puisque cette position prolongée et les efforts répétés entraînent une congestion des veines hémorroïdaires qui peut aggraver les symptômes.
  • Mettre des compresses chaudes sur un abcès. Si vous pensez avoir un abcès, consultez un médecin. En attendant, des compresses chaudes peuvent soulager partiellement la douleur en attendant le drainage qui sera fait par le médecin.

Démangeaisons

  • Eviter de se gratter, même si c'est difficile.
  • Bien s'essuyer, mais sans frotter. Après une selle, épongez l'anus avec du papier mouillé, sans frotter, puis séchez bien en épongeant ou avec un séchoir.
  • Porter des sous-vêtements de coton. Choississez-les blancs de préférence et lavez-les avec un savon à lessive non parfumé. La teinture des vêtements de couleur peut en effet provoquer ou augmenter la démangeaison.
  • Éviter l'utilisation à long terme de crèmes et d'onguents à base de corticostéroïdes. Bien que ces produits apportent un soulagement temporaire, un usage prolongé entraîne des démangeaisons anales chroniques et tenaces. Utilisez plutôt de la pâte d'ihle.
  • Prendre des bains de siège. (Voir plus haut)
  • Ne pas utiliser de savon. Un excès de savon ou un frottage trop vigoureux quand vous vous lavez peut irriter la peau.
  • Ne pas porter de vêtements qui serrent. On parle ici, par exemple, des jeans et des strings, dont la couture ou la bande élastique vient se placer entre les fesses.

Affection de la région anale : Quand consulter ?

  • Vous remarquez la présence de sang dans vos selles. Ce signe doit être vérifié par un médecin et ne doit pas être traité sans que la cause soit clairement identifiée.
  • Vous remarquez des changements dans le volume ou la fréquence de vos selles ou encore dans la difficulté d'évacuation.
  • Vous sentez la présence d'une masse ou d'une blessure anale qui ne guérit pas ou une douleur qui persiste.
  • Vous avez un abcès anal ou un ulcère anal.
  • Vous continuez à ressentir de la douleur au moment de la défécation ou encore les saignements se poursuivent malgré la disparition de la constipation.
  • Vous soupçonnez la présence de parasites (vers).

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 11 Avril 2013 : 11h17
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
A lire aussi
Hémorroïdes Publié le 06/09/2001 - 00h00

Les hémorroïdes sont la conséquence d'une dilatation des veines situées près de l'anus et du rectum. Cette dilatation, qui entraîne la formation de petites "boules" dont le volume est variable d'une personne à une autre, survient à l'intérieur du rectum.

Fissure anale Publié le 20/03/2002 - 00h00

A ne pas confondre avec la "fistule" anale, la fissure anale est également une pathologie touchant l'anus, bénigne, mais très invalidante au quotidien.

Hémorroïdes, une douleur mal placée ! Publié le 23/10/2006 - 00h00

Les hémorroïdes correspondent à des varices (dilatation anormale et permanente des veines) situées autour de l'anus. Gênantes et douloureuses, les hémorroïdes touchent près d'un adulte sur trois.

Plus d'articles